RDC : Joseph Mukungubila fait son come-back au pays, après 10 ans d’exil

Le leader du Mouvement Politico-Religieu »Ministère de la restauration et fondateur de l’Église du Seigneur Jésus-Christ, très active à Kinshasa la capitale de la RDC, Lubumbashi dans le Haut Katanga, Kolwezi dans le Lualaba et Kalemie dans le Tanganyka, le prophète Joseph Mukungubila est arrivé à Kinshasa ce dimanche 7 juillet 2024 après avoir passé environ dix ans en exil en Afrique du Sud, où il avait obtenu l’asile politique. À l’aéroport international de Ndjili, il a été accueilli chaleureusement, sans pression ni inquiétude par les fidèles de son mouvement venus nombreux le réconforter et témoigner leur attachement.

 

À sa sortie de l’aéroport international, les adeptes de ce mouvement religieux se sont tous accroupis devant le prophète Joseph Mukungubila pour recevoir sa bénédiction.

 

Devant la presse nationale et internationale, il a profité pour dire qu’il avait déjà pardonné à tous ceux qui l’ont persécuté, tant dans le domaine politique que religieux et à lui d’insisté, « la page est tournée, voyons maintenant le développement. Joseph Mukungubila a exhorté par la même occasion, aux congolais de bien lire l’ordonnance présidentielle du 16 octobre 2023, qui suspend tous les arrêts l’ayant condamné sans raison à la peine de mort pour tentative de renversement du pouvoir. Pour ce prophète, le président de la Republique lui a rendu justice : “Je n’ai pas été gracié s’il faut déceler les erreurs de l’ordonnancr. Le haut magistrat du pays Felix-Anhoine Tshidekedi a compris qu’on avait menti. J’ai été condamné par erreur.”

 

Ce digne fils du pays n’a pas hesité de remercier le Président de la République Felix-Antoine Tshisekedi qui a tenu à le voir revenir au pays pour participer à la construction de la République Démocratique du Congo.

 

Il faut préciser que le 30 décembre 2013, Joseph Mukungubila et ses partisans avaient pris le contrôle de plusieurs sites stratégiques, specialement la RTNC, l’aéroport de N’Djili et le Camp Tshatshi.

 

C’est dans ce contexte que Joseph Mukungubila avait quitté Kinshasa après les violentes agitations de la Saint-Sylvestre 2013, au cours desquelles il avait été accusé d’avoir orchestré des mouvements de protestation contre le gouvernement. Ces événements avaient conduit à l’arrestation de nombreux de ses partisans et certains sont portés disparus.