Jacques Djoli : « 64 ans après, les congolais doivent maintenant conquérir leur indépendance économique et sociale »

Ce dimanche 30 juin 2024, les congolais célèbrent le 64ème anniversaire de l’accession de leur pays, la République Démocratique du Congo, à la souveraineté nationale et internationale.

A cette occasion, le Rapporteur de l’Assemblée nationale, le Professeur Jacques Djoli Eseng’Ekeli, a au cours d’une intervention médiatique, salué la résilience des Congolais dans de leur marche vers la souveraineté économique et sociale, afin de faire de la RDC un paradis terrestre pour sa population.

« 64 ans pour un État, c’est beaucoup mais c’est très peu. Il y a des nations qui sont millénaires mais nous devons, nous congolais, comprendre que Dieu, qui nous a donnée cette terre, veut que nous puissions en faire un vrai paradis terrestre où coule le lait et le miel pour son peuple, parce que ce peuple croit en ce pays, et c’est à nous maintenant de transformer ce crédo, ce rêve en réalité, et nous pouvons le faire », a-t-il dit.

Et en dépit des moments difficiles que le pays a connu depuis son indépendance, le Professeur Jacques Djoli est fier du fait que la RDC est parmi les rares pays de l’Afrique centrale et des Grands Lacs où la démocratie est en marche et où les élections démocratiques sont régulièrement organisées.

« Aujourd’hui, on a tendance à regarder ce qui ne va pas. Et dites-vous que nous avons organisé 4 cycles électoraux, nous avons pu réussir l’alternance. Nous sommes un État peut-être pas totalement démocratique mais, dans la région ici, personne ne fait en terme démocratique ce que nous faisons !
Donc, on peut nous reprocher d’avoir mille partis politiques mais on ne peut pas nous reprocher d’avoir un seul parti.
Je suis dans l’Union Sacrée, vous avez vu comment la mise en place du bureau définitif de l’Assemblée nationale s’est faite. Le Président de la République était là comme un arbitre, quand nous étions chez lui ; et les gens parlaient, il écoutait. Et les gens lui ont demandé de trancher et il a dit que ce n’est pas à lui de trancher, allez trancher vous-mêmes !Mais, je voudrais voir ça ailleurs », s’est-il félicité, tout rappellant que les congolais ont déjà réussi les trois conquêtes de leur histoire, à savoir : la conquête de la l’indépendance, de la résilience et de la démocratie et doivent maintenant conquérir leur souveraineté économique, avant d’entamer la conquête sociale.

« La première conquête, c’est la conquête de notre liberté, comme un peuple, comme un pays indépendant ; la deuxième conquête, c’est cette résilience congolaise ; la troisième conquête, c’est la conquête des libertés et de la démocratie. Personne ne peut plus faire de ce pays une dictature.
Maintenant, nous avons la conquête économique que nous devons arriver à faire, pour nous permettre d’avoir notre souveraineté économique, la conquête sociale, notre prospérité commune, c’est-à-dire que le congolais ne doit plus être cet être qui vit dans un Etat paradoxal, qui a toutes les richesses naturelles et qui est parmi les pays les plus pauvres de la terre », a expliqué le Rapporteur de la Chambre basse du Parlement, qui fait de la défense des intérêts du peuple son cheval de bataille.

Tout en adressant ses vœux de bonne fête d’indépendance au Premier citoyen congolais, le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Professeur Jacques Djoli dit rester très optimiste quant à l’avenir radieux de la RDC.

« Bonne fête aux congolais !
Je sais que nous sommes dans la douleur, à cause des violences qui sévissent dans certaines parties de notre territoire mais les congolais doivent garder confiance et je crois que, à commencer par le Président de la République et Chef de l’État, à qui nous présentons nos vœux les meilleurs, nous devons faire que cette terre de nos ancêtres, cette de Lumumba, de Kimbangu, de Kimpa Vita, de Mobutu, de Mzee Laurent-Désiré Kabila, de Joseph Kabila de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, soit la terre de la prospérité », a-t-il exhorté.

JR MOKOLO