Poignée des mains Bemba-Bussa: une paix des braves ou une réconciliation de façade ?

« En politique, il n’y a pas d’alliés ou d’ennemis éternels », dit-on. Cet adage vient d’être vécu par Jean-Pierre Gombo, leader du MLC, et Jean-Lucien, leader de CDER, tous deux originaires de l’Espace Grand-Equateur et membres du Gouvernement de la République, qui viennent de fumer le calumet de la paix, à travers une rencontre, le mardi 25 juin 2024 à Kinshasa, immortalisée par une poignée des mains historique dont la photo fait le buzz sur les réseaux. Et selon nos sources, c’est grâce à la méditation d’un autre digne fils du Grand-Equateur, le ministre d’État, Guy Loando Mboyo, que cette reconciliation entre ces deux ex-frères ennemis a été possible.

Il faut noter que ce rapprochement entre Jean-Pierre Bemba et Jean-Lucien Bussa est grandement salué par pas mal d’équatoriens et particulièrement applaudi par la population de la province du Sud-Ubangi. Les uns et les autres se disent très soulagés de voir enfin ces deux leaders Bangala consacrer leur intelligence et énergie au développement et à l’émergence de leur terroir, plutôt de continuer à se livrer à une guerre fratricide contre-productive.

Mais, au-delà de cette lueur d’espoir suscitée par ce rapprochement entre Jean-Pierre Bemba Gombo et Jean-Lucien Bussa Tongba, certains analystes politiques et grands connaisseurs de la scène politique congolaise estiment que cette poignée des mains historique entre les deux hommes pourrait être une simple réconciliation de façade et que c’est dans la durée qu’on va se rendre compte qu’il s’agit véritablement d’une paix des braves, conclue pour favoriser le bien vivre-ensemble entre les filles et fils du Grand-Equateur, qui étaient séparés par le conflit entre leurs deux leaders. Pour vous en convaincre, ces analystes se rappellent de la dernière poignée des mains entre l’ancien Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, et l’ex-président de l’APK, le Pasteur Godé Mpoyi, qui avaient exhumé la hache de guerre, au lendemain même de leur geste de réconciliation.
Espérons que ça ne sera pas le cas avec ces deux dignes fils du Grand-Equateur et que leurs partisans vont désormais se comporter en hommes et femmes de paix, eux qui passaient le clair de leur temps à entretenir cettd guerre froide, en se lançant des noms d’oiseaux, à travers les réseaux sociaux.
D’autres leaders equatoriens qui entretiennent encore des rapports conflictuels sont appelés à suivre cet exemple de réconciliation et de paix, pour que le Grand-Equateur cesse d’être ce « Royaume divisé », qui se présente en position de faiblesse dans l’arène politique congolaise face à d’autres entités de la RDC.

JR MOKOLO