RDC : Christian Mwando satisfait de l’évolution du processus de désignation du porte-parole de l’opposition

C’est depuis 2007 que la loi prévoyant l’existence du poste de porte-parole de l’opposition en République Démocratique du Congo est en entrer en vigueur mais elle n’a jamais été appliquée, jusqu’à nos jours. Pour cause, l’absence de consensus au sein de l’opposition et le manque de volonté politique de la majorité parlementaire. Cette fois-ci, le processus menant au choix de ce porte-parole de l’opposition semble être sur les rails. Comme l’a confirmé l’honorable Christian Mwando Nsimba Kabulo, Président du groupe parlementaire Ensemble à l’Assemblée nationale, dans une intervention médiatique.

 

« Au sein de l’opposition parlementaire, qui est constituée de Ensemble, Avançons MS, Nouvel Élan et LGD, ça va très bien. Parce que nous sommes tous d’accord et que les partis Nouvel Élan et LGD ont même apporté leurs amendements dans le Règlement d’Ordre Intérieur, qui est en élaboration. Néanmoins, nous avons quelques soucis avec l’opposition extra-parlementaire, parce que vous avez suivi la réaction de l’ECIDE et de Envol. Nous attendons les réactions des autres membres de l’opposition, tels que Seth Kikuni, Claudel Lubaya, qui ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale. Mais, en ce qui nous concerne, nous allons de l’avant, parce qu’en définitive, ce sont les parlementaires (sénateurs et députés nationaux) de l’opposition qui vont voter le Règlement Intérieur et désigner le porte-parole de l’opposition », a-t-il indiqué.

 

Tout en étant très optimiste pour le déroulement du processus, l’honorable Christian Mwando pense que la désignation effective du porte-parole de l’opposition pourrait être retardée par le fait que le Sénat n’a pas encore son bureau définitif, appelé à convoquer la plénière de l’opposition y relative, avec le bureau de l’Assemblée nationale.

 

Il faut noter que, logiquement , c’est la famille politique du Chairman Moïse Katumbi Chapwe, qui devra proposer le nom du futur porte-parole de l’opposition, étant donné que Ensemble pour la République et ses alliés sont majoritaires dans les deux chambres du Parlement.

 

JR MOKOLO