Mai-Ndombe : Adrien Wawa, un Candidat Gouverneur de province à moralité douteuse et spoliateur de 2.500.000$ (depuis 2016) dans la course !

Selon un calendrier électoral spécial publié par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), les élections des Sénateurs, Gouverneurs et Vice-Gouverneurs auront lieu, dans la province du Mai-Ndombe, le dimanche 26 mai prochain. Et parmi les candidats en lice pour la gouvernorale, il y a Monsieur Adrien Wawa Boronse, une personne peu crédible et qui est au cœur d’une affaire de spoliation et de non-respect d’engagements conclus, depuis 2016, avec un homme d’affaires étranger, comme l’a révélé une source proche de ce dossier.

En effet, la pile de documents consultés par notre Rédaction révèle l’existence des conflits judiciaires persistants et très acharnés entre la Société Agricole de Bandundu (SAB SARL, en sigle), appartenant Mr SANOUSSE KANTE, un investisseur ouest-africain, et la Société Global Treaty Corporation Congo (GTCC SARL en sigle), inscrite au RCCM sous le no.CD/KIN/RCCM/14-B-4811, de Mr Adrien WAWA BORONSE.

Et, en voici la chronologie des faits : En date du 31 août 2016, un acte de cession a été signé entre la Société Agricole de Bandundu (SAB SARL) et la Société GTCC SARL, portant cession à GTCC SARL de 89% des parts sociales qui constituaient le capital social dans la Société Plantations Réunies de Bandundu SARL (PRB SARL) à un prix fixé à 2.500.000 USD (en lettre dollars américains, deux millions cinq cent mille), hormis des intérêts bancaires de 20% / l’an.

Au terme de ce contrat de cession, cette somme devrait être versée par la Société GTCC de Mr Adrien WAWA à la Société Agricole de Bandundu de Mr SANOUSSE KANTE, dans un délai de 6 mois à dater de la signature dudit qui remonte à l’année 2016.
Malheureusement, jusqu’à ce jour, par malice et volonté délibérée de s’emparer par fraude des actifs du partenaire étranger KANTE, Adrien Wawa n’a jamais payé un seul dollar sur ces 2.500.000 USD convenus.

A défaut de s’exécuter pendant ce délai, la société SAB SARL avait la possibilité de trouver un autre preneur ; et les intérêts bancaires de 20% / an échus demeurant à charge de la Société GTCC SARL ; mais malheureusement pour lui, par malice et promesses vaines à répétition, la Société GTCC a réussi à le convaincre qu’elle finira par payer.
Ainsi, une modalité d’échelonnement de paiement du principal et des intérêts bancaires a été convenue entre parties.

Malgré cet arrangement exceptionnel, jusqu’à ce jour, la fameuse société GTCC SARL s’obstine à ne rien payer au partenaire KANTE, selon les termes des engagements pris.
Ce qui les a amenés à faire face à plusieurs actions judiciaires réciproques ; arrestations physiques à Kinshasa des dirigeants de GTCC dont son propriétaire ; saisies régulières des containers de caoutchouc produits, jusqu’à bénéficier de la sagesse du Président du Tribunal de Commerce de Kinshasa/Matete en date du 20 avril 2018, quand les parties en conflit ont été conviées, à la demande de GTCC, à une conciliation.
Ainsi, au terme de ce procès-verbal de conciliation, la Société GTCC avait pris l’engagement de payer à Mr KANTE, le 10 mai 2018, un acompte de 50.000 USD sur les intérêts bancaires, et qu’à partir du 10 juillet de la même année, d’apurer le solde, par des paiements mensuels.
Et à cette occasion, Monsieur Adrien WAWA prenait le ferme engagement de s’efforcer à payer la créance principale de 2.500.000 USD convenus 2 ans au par avant ; engagement pris de sa propre main.

Mais, une fois de plus, malgré la bonne foi du pauvre SANOUSSE KANTE de voir sa créance être payée, à travers cet arrangement à l’amiable, le quidam mieux identifié n’a fourni aucun effort pour honorer ses engagements pris librement.
Bien au contraire, il continue d’exploiter seul et à sa guise, excluant donc par malice le propriétaire des concessions agricoles concernées, les plantations d’hévéa de Kesenge, dans le territoire d’inongo et de Bongimba, dans le territoire d’Oshwe.

Le gaillard se tape gracieusement des milliers, voire des millions de dollars américains, seul, à chaque exportation de caoutchouc de Mai-Ndombe vers l’Europe et l’Asie, sur la sueur de quelqu’un d’autre, et sans rien reverser même un seul rond au Mai-Ndombe à titre d’impôts, droits ou taxes. Un comportement scandaleux que d’aucuns ne cessent de déplorer.

Et pitié pour les prochaines victimes qui croient encore à ses promesses vaines, qu’il est en train de faire à la population de Mai-Ndombe, pendant la campagne électorale, pour être élu Gouverneur de province.

DJOKOS