RDC: La ministre du Genre lance le processus d’élaboration du 2è rapport étatique périodique sur la mise en œuvre du Protocole de Maputo

La Ministre du Genre, Famille et Enfant, son Excellence Mireille Masangu Bibi Muloko a lancé officiellement, ce mardi 21 mai 2024, au Pullman hôtel de Kinshasa, le processus d’élaboration du 2 ème rapport étatique périodique sur la mise en œuvre du protocole de Maputo. C’est en présence des délégués du ministère des droits humains, du Représentant pays de IPAS, des directeurs généraux au Genre, des points focaux genres, des agents et cadres du ministère du Genre, Famille et Enfant et des leaders de la société civile. Dans sa prise de parole, la Ministre du Genre, Famille et Enfant a de prime abord rendu un hommage de plus déférent au président de la République, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO pour son engagement dans la promotion de la femme en RDC, entant que champion de la masculinité positive et surtout pour son engagement pour la promotion de la femme africaine. Elle a par ailleurs interpellé toutes les parties prenantes à ce processus à plus d’assiduité et abnégation pour produire un travail de qualitéqualité.

 » C’est avec un grand honneur que nous nous réunissons dans ce beau cadre de l’Hôtel PULLMAN de Kinshasa pour lancer officiellement le processus d’élaboration du 2ème rapport étatique périodique sur la mise en œuvre du Protocole de Maputo en RDC.

En effet, point n’est besoin de rappeler qu’en adhérant au Protocole de Maputo, chaque Etat partie prend deux engagements, à savoir : observer le Protocole de Maputo, c’est à dire respecter, protéger, promouvoir et mettre en œuvre les droits prescrits ; et rendre compte de sa mise en œuvre dans le pays à travers un rapport périodique bisannuel incorporant des indications sur les mesures législatives, judiciaires, administratives ou autres prises en vue de la réalisation totale des droits et libertés contenus dans le Protocole.

La République Démocratique du Congo a déjà produit, transmis et défendu avec succès devant la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples son premier rapport cumulé (2005-2015); à ce jour, le pays accuse un retard de 3 rapports périodiques.

Qu’à cela ne tienne, la RDC a toujours été respectueuse de ses engagements et c’est la raison d’être de la présente cérémonie pour lancer le processus de rédaction du deuxième rapport sur la mise en œuvre du Protocole de Maputo après deux ateliers organisés en vue de former les Experts en charge de la collecte des données.

C’est une importante activité de mon Ministère, à laquelle j’associe particulièrement le Ministère des Droits Humains, autorité concernée par les rapports pays en cette matière, et les personnalités féminines membres du Gouvernement étant donné qu’il s’agit du protocole relatif aux droits des femmes africaines.

C’est l’occasion pour moi d’apprécier à sa juste valeur la contribution substantielle de l’Organisation Non Gouvernementale internationale IPAS qui nous appuie depuis 2018 dans la vulgarisation et la mise en œuvre du Protocole de Maputo en RDC et continue à nous accompagner jusqu’à ce jour.

Je tiens également à encourager et exhorter toutes les parties prenantes à ce processus à plus d’assiduité et abnégation pour produire un rapport de qualité en vue de mériter les mêmes éloges du premier rapport. Nous devons donc examiner notre état actuel, identifier les progrès réalisés et les lacunes persistantes, et définir une feuille de route pour un avenir plus équitable et inclusif.

Quant à moi, je vous garantis toute ma disponibilité et mon engagement personnel tout au long dudit processus, en commençant par l’étape de récoltes des données à travers les provinces ciblées jusqu’à son terme en vue de réduire les risques et garantir ainsi son succès.

Ensemble, nous pouvons renforcer l’accès des femmes à la santé, à l’éducation, à la justice et à la participation politique. Nous pouvons œuvrer pour l’élimination de toutes les formes de discrimination et de violence à leur égard. Ce rapport sera notre guide vers un avenir où chaque femme et chaque fille peut réaliser son plein potentiel.

Sur ce, je lance officiellement à ce jour, le processus d’élaboration du 2è Rapport étatique périodique sur la mise en œuvre du Protocole de MAPUTO », a dit la patronne du Genre, Famille et Enfant en RDC.

 

Pour sa part, la coordinatrice nationale de la CEPFE a fait l’économie générale des avancées enregistrées au niveau de sa cellule sur des stratégies de lutte contre les violences faites à la femme, de 2016 à nos jours et elle a estimé qu’après la cérémonie de ce jour, des ateliers de renforcement des capacités des experts à Kinshasa et province, en vue de s’imprégner de toutes les difficultés des femmes. Des recommandations de ces ateliers permettrons de lutter contre les violences faites aux femmes.

 

Après le lancement officiel de ces travaux, une séance des photos de famille et le cocktail ont sanctionné la fin de cette activité.

 

La rédaction