Tentative d’assassinat de Gratien IRACAN : le Groupe parlementaire « ENSEMBLE » dénonce la volonté de faire taire l’opposition

 

Dans une déclaration politique, rendue publique le 08 mai 2024 et signée par son président, l’honorable Christian Mwando Nsimba Kabulo, le Groupe parlementaire de l’Opposition « Ensemble » a réagi à la tentative d’assassinat de l’un de ses membres, en la personne de l’honorable IRACAN UNEN Gratien de Saint Nicolas, élu de la circonscription électorale de Bunia, dans la province de l’Ituri, le lundi 06 mai 2024 vers 21h 00′ à Kinshasa, au croisement des avenues Kabinda et Kasa-Vubu, par des individus armés qui ont fait usage de leurs armes à feu.

 

Tout en fustigeant cette énième tentative d’intimidation et de musellement de l’opposition démocratique, le Groupe parlementaire de l’opposition « Ensemble » a d’abord rappelé plusieurs actes posés par le pouvoir actuel pour réduire au silence les acteurs politiques de l’opposition.

 

« C’est depuis la période préélectorale que l’opposition politique en RDC subit des fortes pressions, des harcèlements, des arrestations et des assassinats en vue de faire taire toute voix discordante dans le pays et imposer une pensée unique. Plusieurs cas peuvent être rappelés à cet effet. Il s’agit des arrestations de Jean-Marc Kabund, Mike Mukebayi, Salomon Kalonda Idi, Barnabé Milinganyo,…; des assassinats non élucidés des personnalités, tel le cas de notre cher Camarade, l’honorable Chérubin Okende », peut-on lire dans ce document dont une copie est parvenue à notre Rédaction.

 

Et le Groupe parlementaire « Ensemble » d’épingler également d’autres cas de marginalisation de l’opposition pendant la période électorale et post-électorale.

 

« Cette volonté de faire taire l’opposition républicaine s’est encore manifestée lors de l’organisation des élections chaotiques du 20 décembre 2023, ayant abouti à l’élimination de la quasi-totalité des candidats de l’opposition des institutions démocratiques, notamment l’Assemblée nationale et les Assemblées provinciales.

Poursuivant sans relâche cette œuvre d’éradication de l’opposition, l’appareil judiciaire et sécuritaire, sous ordre, ne cesse de harceler et de menacer constamment les leaders de l’opposition en vue de les faire vivre la terreur et ainsi les réduire au silence tel qu’en témoigne la dernière tentative, en date, d’assassinat de l’honorable IRACAN UNEN », a fustigé le Groupe parlementaire du parti cher au Chairman Moïse Katumbi Chapwe.

 

Fort de ce constat, le Groupe parlementaire de l’Opposition « Ensemble » formule les recommandations suivantes à l’endroit des gestionnaires de l’État :

 

« -Au Président de la République, de garantir le respect de la constitution, particulièrement de ses articles 7 et 8 qui consacrent l’existence et les droits de l’opposition.

 

-Au Gouvernement ainsi qu’aux Cours et tribunaux, de cesser de harceler et de pourchasser les opposants politiques qui exercent leurs rôles dans le cadre des institutions démocratiques ; d’œuvrer en faveur de la consolidation de la cohésion nationale et de la démocratie en agissant de manière neutre et professionnelle.

 

-Au bureau de l’Assemblée nationale, de veiller au respect de son Règlement intérieur, particulièrement garantir les immunités parlementaires des députés nationaux, le rôle dévolu à l’opposition parlementaire, ainsi que la liberté d’opinion et d’expression », a recommandé le Groupe parlementaire de l’Opposition « Ensemble » à la chambre basse du Parlement.

 

JR MOKOLO