RDC : déluge de réactions après l’ouverture d’une action judiciaire contre le Cardinal Fridolin Ambongo

Par JRM

Une grande première en RDC dans les relations entre l’État et l’Eglise catholique romaine. Tenez ! Le cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque de Kinshasa, est dans le collimateur de la justice congolaise. Le Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Mateteva ouvrir une information judiciaire à l’encontre du prélat catholique. Cette action judiciaire est consécutive à l’ordre donné par le Procureur Général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu, qui accuse l’archevêque de Kinshasa, de « propagation des faux bruits et d’incitation de la population congolaise à la révolte contre les institutions établies ». Selon ce haut magistrat, « au moment où le pays fait face à la guerre dans sa partie orientale, il s’observe dans le comportement du prélat catholique une constance des propos séditieux, tenus lors de ses points de presse, interviews et sermons, de nature à décourager les FARDC qui combattent au front »

Pour rappel, le Cardinal Fridolin Ambongo avait décliné l’invitation lui adressée par l’Office du PGR Firmin Mvonde, le 25 avril dernier, pour un échange autour de certains dossiers en instruction.

*Un déluge de réactions*

Comme on pouvait s’y attendre, l’information judiciaire ouverte contre le chef de l’Eglise catholique romaine en RDC n’a pas manqué de susciter une avalanche des réactions dans l’opinion. Si certains proches du pouvoir se félicitent d’une telle initiative qui pourrait continuer à tempérer les ardeurs de ce prince de l’Eglise catholique, qui n’a pas sa langue dans la poche et qui dérange par ses diatribes et autres critiques acerbes contre le régime Tshisekedi. D’autres, par contre, estiment que cette action contre le plus haut responsable de cette grande et puissante confession religieuse est contre-productive pour le Gouvernement de la RDC. Et que c’est un bras de fer que le régime actuel ne pourrait gagner, au regard de l’histoire tumultueuse des rapports entre les deux camps.
« Ce que le Maréchal Mobutu et même l’ex-président Joseph Kabila pu faire contre les Cardinaux Maluma et Monsengwo, Félix Tshisekedi saura-t-il le faire contre le Cardinal Ambongo », s’interroge un acteur politique, qui a requis l’anonymat.

Par ailleurs, une telle action judiciaire est très complexe et pas facile à faire aboutir, à en croire Me William Wenga, Avocat près la Cour et Coordinateur National de l’ONG DH « Human Rescue DRC »

« Nous confirmons que le Procureur Général Près de la Cour de Cassation, Firmin M’vonde, n’a pas un Pouvoir d’Injonction sur les Parquets Généraux. Le Procureur Général Près de la Cour de Cassation a un rôle uniquement de la supervision hiérarchique et administrative alors que les Procureurs Généraux Près les Cours d’Appels ont la plénitude de l’action Publique et le Procureur Général Près de la Cour de Cassation a une action publique limitée au pénal seulement et exclusivement aux bénéficiaires du privilège de Juridiction Près de la Cour de Cassation et au rôle d’avis et d’action liés aux compétences de la Cour de Cassation », a-t-il expliqué.

Un autre acteur politique, proche du pouvoir, pense qu’il pourrait s’agir d’un fakenews.
« L’Avocat Général Munene, l’un de plus proche du PG/Matete affirme que c’est une fausse information.
Il m’a rappelé en disant qu’en ce qui concerne l’application de l’Accord-cadre entre le Saint-Siège et la RDC.
Dans son article 8, paragraphe 2, il stipule que tout évêque ou prêtre exerçant une juridiction équivalente, une autorisation préalable du Parquet général de la République est requise, et que le Saint-Siège doit être informé immédiatement par les autorités congolaises via la Nonciature Apostolique.
Ce qui n’est pas le cas », a-t-il laissé entendre.

JRM