Gouvernorales: Andy Bemba, l’homme qu’il faut pour booster le développement du Sud-Ubangi (Tribune)

Dotée d’énormes potentialités suite à son sol et sous-sol très riches, la province du Sud-Ubangi située au Nord-ouest de la République démocratique du Congo sombre dans un chaos sans précédent. Une situation qui plonge ses habitants dans une extrême pauvreté.

 

Jadis considéré comme le poumon économique du Grand Équateur, le Sud-Ubangi peine toujours à se développer après le démembrement intervenu en 2015 qui a consacré la naissance de nouvelles provinces en République démocratique du Congo.

 

Dans son rapport publié à la veille du démembrement, le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) classait le Sud-Ubangi et l’Ituri dans la catégorie de nouvelles provinces congolaises qui allaient facilement décoller. Ironie du sort, le Sud-Ubangi est à ce jour bien loin de se développer même si toutes les études faites avant le démembrement lui donnaient plus de chance de décoller.

 

*Qu’est-ce qui est à l’origine de ce sous-développement ?*

 

Le développement d’une entité telle que le Sud-Ubangi dépend non seulement de ses ressources aussi bien agricoles, économiques que minières mais aussi et surtout de « la capacité managériale » de son dirigeant à mobiliser les recettes, les canaliser et les utiliser de manière efficiente pour améliorer le social de ses administrés. D’aucuns affirment que « le problème d’homme » est à la base du sous-développement de cette province congolaise.

 

Très travailleuse, la population du Sud-Ubangi vit essentiellement de l’agriculture même si certains habitants de ladite province s’adonnent à d’autres activités entre autres le commerce et la pêche. S’agissant de l’agriculture qui est beaucoup plus pratiquée par les paysans, la production est très faible. Il n’y a aucune politique provinciale qui promeut les agriculteurs. À cela s’ajoutent certains facteurs dont le mauvais état de routes de dessertes agricoles et des routes nationales ainsi que l’insuffisance de semences améliorées qui ne permettent pas à ce qu’ils augmentent leurs productions agricoles.

 

Consequence, le Sud-Ubangi perd petit à petit sa place de grenier de la République démocratique du Congo.

 

Et comme on peut bien le constater, le Sud-Ubangi n’est pas seulement une province agricole. Cette entité dispose aussi des minerais suite à son sous-sol très riche. Cependant, ces minerais qui font l’objet d’une exploitation illicite, ne profitent pas à la population mais à une certaine catégorie de gens notamment des étrangers et cela sous l’oeil impuissant des autorités provinciales. À titre illustratif, on peut signaler le cas de Bazene au territoire de Libenge où les chinois se sont enrichis au détriment des populations autochtones.

 

Ce tableau ci-haut peint démontre à suffisance que le Sud-Ubangi fait figure de parent pauvre et d’aucuns estiment que cette entité a besoin d’un gouverneur compétent qui ne viendra pas se plaindre au sommet de la province mais qui mettra son expertise au service de la population pour transformer les potentialités en richesses afin de lutter contre le sous-développement qui frappe à plein fouet cette partie de la République démocratique du Congo.

 

*Andy Bemba : l’homme qu’il faut pour développer le Sud-Ubangi*

 

Le candidat gouverneur Andy Bemba maîtrise parfaitement les problèmes du Sud-Ubangi notamment le mauvais état de routes, le manque d’énergie, l’insuffisance de la desserte en eau potable et l’absence d’une politique locale d’encadrement des jeunes, le manque d’emplois etc.

 

Cette maîtrise des problèmes réels qui freinent le développement du Sud-Ubangi est un atout pour le jeune entrepreneur Andy Bemba qui entend « gouverner autrement » cette province pour la sortir du sous-développement.

 

En sa qualité de manager, le candidat gouverneur Andy Bemba est l’homme qu’il faut pour booster le développement de cette province. Il ne vient pas apprendre au sommet de la province du Sud-Ubangi. Etant entrepreneur et expert au ministère des Hydrocarbures, Andy Bemba va créer des moyens grâce aux ressources locales pour améliorer le social de la population de cette province en lieu et place d’aller ça et là pour chercher des investisseurs inconnus afin de venir développer le Sud-Ubangi.

 

Avec Andy Bemba, c’est possible de développer la province du Sud-Ubangi en si peu de temps. Ce jeune acteur politique et social est un homme rempli de bonnes initiatives de développement. Avec ses moyens propres, il a su montrer à ses frères et soeurs du Sud-Ubangi qu’il a le souci de contribuer au développement de cette province à travers ses réalisations. Il s’agit entre autres de la construction d’un forage moderne à Kungu pour desservir la population de Kungu centre en eau potable, la mise en place des panneaux de signalisation et de giratoire au rond-point Petrobage pour réguler la circulation afin de lutter contre les accidents, la modernisation du bureau de change des cambistes de la ville de Gemena et la construction de quelques pavillons au marché central de Gemena.

 

Les Sud-Ubangiens ne jurent que par l’avènement de ce digne fils du terroir à la tête de leur province pour permettre à cette partie du pays de décoller.

 

Les leaders du Sud-Ubangi ont tout intérêt à soutenir la candidature de Andy Bemba à la prochaine élection des gouverneurs et vice-gouverneurs pour permettre à cette province d’entamer son élan de développement. S’ils ne le font pas, ils auront montré à la face du monde qu’ils sont derrière le sous-développement dont fait face la population de cette partie du pays.

 

Il sied de conclure que le développement du Sud-Ubangi ne dépend pas de gens qui viendront d’ailleurs ou des investisseurs mais plutôt de ses fils et filles épris de bonne volonté. Andy Bemba a tous les atouts pour diriger le Sud-Ubangi et avec lui le développement de cette province qui demeure à ce jour un rêve, deviendra à coup sûr une extrême réalité.

 

*César Augustin Mokano Zawa, journaliste*