Jacques Djoli : « Rangés tous derrière le Chef de l’État, nous allons bâtir un État puissant et une Nation prospère, au cœur de l’Afrique »

La cérémonie grandeur-nature d’investiture du Président de la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, continue à faire la une de l’actualité. Et les commentaires et les réactions continuent à être enregistrés dans l’opinion et dans la classe politique.

Dans un entretien avec nos reporters, le député national réélu de Boende, Prof Jacques Djoli Eseng’Ekeli, a d’abord donné ses impressions par rapport à cette cérémonie d’investiture du Chef de l’État, qui a lieu le 20 janvier dernier au mythique Stade des Martyrs de Kinshasa.

 

« J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt cette manifestation grandiose, avec cette présence particulière de plus ou moins 18 Chefs d’État et des délégations de haut rang. Ce qui montre la centralité de la RDC désormais sur l’échiquier politique nationale et internationale. Cette centralité, qui est géographique et géopolitique, doit maintenant se transformer en centralité de puissance, pour le bien-être du peuple congolais.

Nous devons être désormais le centre de la stabilité et de la prospérité de l’Afrique et non plus le maillon faible de l’instabilité », a-t-il indiqué.

 

Commentant le discours d’investiture du Chef de l’État, le Professeur Jacques Djoli estime que la question sécuritaire doit être la priorité des priorités pour le second mandat de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

 

« Bien qu’il ait souligné six priorités (la question de l’emploi surtout des jeunes, la question de la diversification de notre économie, la question de sécurité et bien d’autres), j’aimerais que cette question de la sécurité soit la clé, parce que je partage avec lui l’impératif des réformes de ce secteur, comme il a dit. Parce qu’il ne peut pas y avoir développement sans paix et on ne peut pas avoir la paix sans les outils conceptuels et matériels de construction de cette paix, à savoir : une armée républicaine, des services de sécurité capables d’anticiper et d’agir.

Et c’est ce travail-là qui doit nous préoccuper pour la refondation de notre État », a souligné ce spécialiste des questions de défense et de sécurité, qui s’est également félicité du fait que le Président réélu ait fait preuve d’humilité, en tendant la main à l’opposition dans la gouvernance étatique de la RDC.

 

« Au-delà de ces aspects techniques, il y a surtout l’homme Félix Tshisekedi, qui a dit dans l’humilité que le Congo doit être gouverné par tous et il a tendu sa main à l’opposition. Nous espérons que, comme il a chargé le Parlement, la loi portant statut de l’opposition va finalement, sous cette mandature, se mettre en place », a-t-il dit, tout en saluant, sur ce même plan humain, la reconnaissance par le Président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo des faiblesses de son premier mandat et son engagement à ne pas répéter les erreurs du passé.

 

En marge de cette grande cérémonie d’investiture, le numéro du parti politique « Les Bâtisseurs du Congo » a également salué l’exhortation faite au Chef de l’État par le Pasteur Roland Dallo, pour ce qui du choix des animateurs des institutions de la République.

 

« Mais au-delà de ce que le Chef de l’État a dit dans son discours d’investiture, je voudrais saluer les fortes prières, notamment celle de l’Apôtre Roland Dallo, qui a souligné la nécessité d’entourer le Chef de l’État des bons collaborateurs, parce que, seul, il ne peut rien. Il faut qu’il y ait des personnes imbues des mêmes valeurs, partageant la même vision que lui, ainsi que la passion de l’intérêt du Congo et non des intérêts particuliers ou égoïstes », a-t-il souhaité.

 

Enfin, le Professeur Jacques Djoli Eseng’Ekeli encourage ses compatriotes congolais à soutenir l’action du Chef de l’État au sommet de l’État congolais, afin d’améliorer la gouvernance du pays et de faire de la RDC un État puissant et prospère.

 

 » J’espère qu’un jour nouveau est né pour le Congo et que tous, rangés derrière le Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, nous allons bâtir un État puissant, une Nation prospère au cœur de l’Afrique, comme le proclame notre constitution.

Le Congo de 2023-2028 doit être un autre Congo, pour qu’en 2030, nous puissions laisser à la génération nouvelle un autre Congo », a-t-il exhorté.

 

JR MOKOLO