Freddy MULUMBA KABUAYI : « Je ne suis pas candidat pour les 21.000$, je suis candidat pour aider à résoudre la crise congolaise »

 

Leader d’opinion ayant pignon sur rue en République Démocratique du Congo, le politologue congolais Freddy Mulumba Kabuayi est très connu pour sa croisade contre le complot de balkanisation de son pays, la République Démocratique du Congo. Un combat qu’il mène depuis des années, à travers l’organisation des conférences-debats, des interventions dans les médias nationaux et internationaux, pour faire entendre la cause congolaise*.

 

Et dans un entretien avec nos reporters, cet éminent spécialiste de la géopolitique de la région des grands lacs nous donne d’abord les raisons qui l’ont poussé à s’engager dans le combat politique et surtout à présenter sa candidature pour la députation nationale à Kinshasa, dans la circonscription électorale de la Lukunga, sous le label du Rassemblement des Démocrates Tshisekedistes (RDT).

« C’est depuis 2009 que je parle et j’essaie d’alerter mes compatriotes sur la balkanisation de la République Démocratique du Congo. Nous avons même écrit, à ce sujet, un ouvrage avec le feu Professeur Kankwenda Mbaya, en 2013.

Mais tout ce qu’on disait, personne ne le met en pratique. Alors, je me suis dit, au lieu de rester là en train de crier, mieux vaut entrer en politique, pour mettre quand même nos idées en pratique.

Donc, je ne suis pas candidat pour les 21.000 dollars, je suis candidat pour qu’on soit capable de résoudre toutes les crises qu’on connait au Congo, depuis l’assassinat du M’zee Laurent-Désiré Kabila. Voilà pourquoi je suis entrer en politique par la grande porte », a-t-il expliqué.

Le politologue Freddy Mulumba Kabuayi est longuement revenu sur la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est de la République Démocratique du Congo, marquée notamment par l’activisme des jeunes résistants locaux Wazalendo, qui font mordre la poussière aux terroristes du M23 et leurs suppôts rwandais.

Il fustige particulièrement ceux qui diabolisent les Wazalendo, les présentant comme d’anciens rebelles que les FARDC auraient recyclé pour le besoin de la cause.

 

« Ce qu’on voit comme Wazalendo aujourd’hui, c’est la résistance du peuple congolais face à l’occupation rwandaise et ougandaise. Je pense que, nous qui sommes ici à Kinshasa, dans nos bureaux climatisés, nous ne nous rendons pas compte de la misère, de la souffrance de notre peuple à l’Est du pays, surtout dans les provinces du Nord et Sud-Kivu ainsi qu’en Ituri. Ces gens ont beaucoup souffert.

Et vous savez aussi que, pendant plus de 25 ans, le Rwanda et l’Ouganda ont le soutien de la communauté internationale contre le Congo. Ça fait 25 ans que tous les rapports qui sont publiés par les experts des Nations Unies, pour dénoncer les crimes rwandais et ougandais sur le territoire congolais, sont mis dans les tiroirs aux Nations Unies. Personne n’en parle. 10 millions de morts, personne n’en parle.

C’est, par contre, lorsque les congolais s’organisent, pour se défendre et cherchent à récupérer leurs terres occupées par les étrangers, par les rwandais, qu’on se met à les diaboliser et à leur mettre le bâton dans les roues.

Au fait, les Wazalendo sont des patriotes congolais, qui se battent pour récupérer leurs terres, leurs territoires.

Et quelques soit l’origine de leur armement, l’essentiel, c’est le résultat : Au moins, aujourd’hui, le M23, soutenu par l’armée rwandaise, est en train de se replier et de perdre du terrain, à cause de l’offensive armée des résistants et patriotes congolais Wazalendo », s’est-il félicité.

Ancien Directeur Général Adjoint de la Radio Télévision Nationale Congolaise, Freddy Mulumba Kabuayi a également apaisé l’inquiétude de ceux qui pensent que les combattants wazalendo deviendraient ingérables, si jamais ils remportaient la bataille en cours contre le M23 et l’armée rwandaise, alors que les FARDC sont au garde à vous, par respect au cessez-le-feu conclu sous l’égide des organisations régionales.

 

« Les Wazalendo, ce sont des congolais. Pourquoi en faire un problème ?

Il faut relire l’histoire. Parce qu’on a tendance à oublier qu’il y a toute une culture de résistance dans la partie orientale de la RDC, qui a connu notamment les résistants appelés *Mulele Mayi*, après l’assassinat de Patrice Lumumba. Cela avant l’apparition des Wazalendo.

Si les patriotes Wazalendo gagnent aujourd’hui, ils ne vont pas gagner pour eux-mêmes, ils vont gagner pour le Congo. Et c’est le Congo qui gagne », a-t-il rassuré.

Au sujet du processus de paix de Nairobi et de Luanda dont certains partenaires de la RDC et parties prenantes pensent qu’il est mis en mal par l’activisme militaire des Wazalendo, Freddy Mulumba estime que la RDC doit carrément l’ignorer et rejeter toute idée de négociation avec les terroristes du M23.

 

« Il faut s’en foutre. Vous savez, ce qui fait mal, ce qui est dramatique, c’est de voir qu’on tue des congolais, on pille le Congo et puis, on vient nous demander de négocier avec des rebelles, des génocidaires.

Et ces gens, qui vous donnent des leçons de droits de l’Homme, de moralité, de bonne gouvernance, sont les mêmes qui pillent le Congo, qui tuent les congolais. Et quand vous commencez à demander des comptes, ils vous disent d’aller négocier.

Nous sommes dans un monde d’intérêts. Tout est question de rapport des forces. Les jours où on va arriver à mettre les troupes rwandaises hors des territoires congolais, on va commencer à négocier avec nous. Car, *on ne négocie qu’avec un homme fort et non avec un homme faible*. C’est ça la leçon qu’on doit apprendre !

Ça faisait plus de 25 ans que nous sommes dans le cycle infernal *guerre- négociations*. Cela signifie que, derrière, il y a tout un plan de la balkanisation du Congo. On attend que les congolais soient fatigués de la guerre pour leur imposer ce plan de balkanisation, afin de couper le Congo en plusieurs morceaux, parce qu’il est trop grand, aux yeux des occidentaux, et qu’on ne sait pas le gérer (…) » a-t-il dénoncé.

 

Responsable du magazine « Renaissance Africaine », Freddy Mulumba Kabuayi a également recadré ceux qui critiquent l’approche diplomatique prônée par le Chef de l’État congolais, qui dit niet à tout dialogue avec le M23.

 

« Moi, je pense que le Président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est bien comporté. Après son accession à la magistrature suprême, la première démarche qu’il a menée, c’est de faire le tour du monde, pour expliquer la crise congolaise. Et beaucoup de gens l’ont conseillé de passer par des solutions politiques ou diplomatiques. Ils ont même signé des accords avec le Rwanda pour l’exploitation et la production de l’or. Cela a donné quoi ? Une catastrophe.

Donc, le problème ici, c’est que leRwanda, Kagame en particulier, estime qu’il peut mettre la main sur le Congo et gérer le Congo. Or, le Président Tshisekedi, avec sa nouvelle vision, ne veut pas que Kagame ait un contrôle sur le Congo. Il y a donc un affrontement au niveau du leadership dans l’Afrique des Grands lacs, qui est aujourd’hui incarné par le Président Tshisekedi.

Et Kagame, à la tête d’un petit pays, il n’a pas les moyens d’être le leader de l’Afrique centrale et il pense qu’il peut toutefois s’occuper du Congo. Et le pays Tshisekedi dit non.

Actuellement là, le Congo est plus important pour les américains. Est-ce que les congolais comprennent quelque chose ? Donc, le leadership du Président Tshisekedi est pris au sérieux à l’extérieur du pays, parce que, aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, il est le seul candidat qui a des preuves à brandir pour ce qu’il a fait comme travail au sommet de l’État. Les autres n’ont pas cette expérience-là. », a martelé cet artisan de la campagne contre la balkanisation de la RDC.

 

Freddy Mulumba a également invité les congolais à mettre fin cette polémique stérile sur le bilan sécuritaire du premier mandat du Chef de l’État, d’autant plus que, selon lui, ce n’est pas l’avenir politique du Président Félix-Antoine Tshisekedi qui es en jeu mais, plutôt, la survie de la nation congolaise, menacée par les prédateurs étrangers.

 

« Là, ce sont des polémiques ! On vient de loin. Je ne sais pas si les gens s’en rendent compte. On vient de très loin. Pendant 4 ans, le Président Tshisekedi a fait un grand travail. Je pense qu’il a encore la chance de continuer pour que ce qu’il a comme vision puisse se réaliser.

Donc, qu’on ne soit pas naïf, évitons des polémiques inutiles, parce que, ce qui se joue aujourd’hui, ce n’est pas la présidence du Président Félix-Antoine Tshisekedi. Ce qui se joue ici, c’est la survie de notre nation. Il faut que ceux qui sont encore lucides comprennent cela. Évitons les discussions inutiles, battons-nous pour le Congo, pour qu’on soit unis, pour qu’après les élections, notre peuple vive dans un pays libre et que le peuple congolais se retrouve chez lui, au Congo, sans être maltraité et malmené, comme aujourd’hui, par tout le monde », a exhorté le patriote Freddy Mulumba.

 

JR MOKOLO