Santé : L’ Inde abritera le Tout premier sommet mondial de la médecine traditionnelle

L’ organisation Mondial de la Santé, OMS Organise du 17 au 18 Août 2023 à Gandhinagar, en Inde le premier sommet mondial de la médecine traditionnelle sous le Thème « Une Terre, une famille, un avenir ».

Ces assises mondiales sur la médecine traditionnelle de l’OMS 2023 sont organisées par le Centre mondial de médecine traditionnelle de l’OMS et sont co-organisées avec le gouvernement indien, qui assure la présidence du G20 en 2023 et

 

visent à explorer les moyens d’intensifier les progrès scientifiques et de réaliser le potentiel des connaissances fondées sur des preuves dans l’utilisation de la médecine traditionnelle pour la santé et le bien-être des personnes dans le monde entier.

L’ OMS qui a indiqué le rôle de catalyseur que peut jouer la médecine traditionnelle dans la réalisation de l’objectif de couverture de santé universelle et dans la réalisation des objectifs mondiaux liés à la santé qui n’étaient pas sur la bonne voie avant même de les perturbations causées par la pandémie de COVID-19 a précisé que ces genres de forums seront tenus chaque deux ans dans les régions de l’OMS.

 

Par ailleurs la complémentarité de la médecine traditionnelle est bien établie dans de nombreuses régions du monde, où elle a un impact important dans la culture, la santé et le bien-être de nombreuses communautés, a déclaré

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Ce sommet se penchera sur la recherche et l’évaluation de la médecine traditionnelle, ainsi que les méthodologies pouvant être utilisées pour élaborer un programme de recherche mondial et des priorités en médecine traditionnelle, ainsi que les défis et les opportunités basés sur 25 ans de recherche en médecine traditionnelle. Les résultats des revues systématiques de la médecine et de la santé traditionnelles, des cartes de preuves de l’efficacité clinique et une carte de recherche mondiale sur l’intelligence artificielle sur la médecine traditionnelle seront présentés.

 

Ainsi une base de données plus solide permettra aux pays de développer des mécanismes appropriés et des orientations politiques pour réglementer, assurer le contrôle de la qualité et surveiller les pratiques, les praticiens et les produits de la médecine traditionnelle, en fonction des contextes et des besoins nationaux.

 

Plusieurs participants sont attendus , notamment le directeur général et les directeurs régionaux de l’OMS, les ministres de la santé du G20 et autres invités de haut niveau des pays des six régions de l’OMS. Des scientifiques, des praticiens de la médecine traditionnelle, des agents de santé et des membres d’organisations de la société civile seront également présents.

 

 

Joseph KAMANGA