Diplomatie : ce qu’il faut savoir sur le partenariat stratégique global Sino-congolais revisité !

Le Ministre de la Communication et Médias, Porte-parole du Gouvernement, Patrick MUYAYA KATEMBWE, le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères, Christophe LUTUNDULA APALA Pen’APALA et le Ministre des Finances, Nicolas Serge KAZADI KADIMA-NZUJI, ont co-animé un briefing presse ce lundi 5 juin 2023 autour de la visite du Président de la République, Félix Tshisekedi en Chine donnant les grandes lignes du Partenariat Stratégique Global Sino-congolais.

 

Prenant la Parole en premier, Patrick Muyaya a salué une visite d’État historique effectuée en Chine par le Président de la République. Il souligné la signature de plusieurs mémorandums entre les ministres sectoriels de deux pays.

 

« Beaucoup de choses ont été faites en marge de cette visite notamment la signature de plusieurs mémorandums entre les ministres sectoriels de deux pays mais aussi vous avez beaucoup entendu de ce que nous avons appelé partenariat global et stratégique, parce qu’avec cette puissance mondiale, nous tenons à relancer notre coopération. Il y a eu des spéculations qui ont été faites avant le départ tendant à réduire la portée de cette visite historique jusqu’à la renégociation autour du contrat, ce n’était pas le cas », a fait savoir le Ministre de la Communication et Médias.

 

Prenant la parole à son tour, Christophe Lutundula a martelé sur le bien-fondé du voyage de la délégation ministérielle qui a précédé celui du Président de la République en Chine qui n’était pas celui des négociations.

 

Soulignant le partenariat gagnant-gagnant entre Kinshasa et Pékin et l’intérêt manifesté par la Chine par rapport aux initiatives à prendre en ce qui concerne les minerais stratégiques, le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères, Christophe a rappelé les principes de base de ce partenariat dont la valorisation des ressources naturelles occupe une place prépondérante.

 

« On a signé des instruments juridiques de coopération, des attentes mutuelles, quelques accords. Dans mon secteur, il y a eu un accord de coopération générale, il y a eu un accord d’institution de mécanisme d’accord de suivi par les deux ministères des Affaires étrangères. D’autres instruments ont été signés dans les domaines du numérique, de l’environnement, des médias », a-t-il souligné.

 

Christophe Lutundula a dans la foulée, martelé sur deux éléments indispensables même si les instruments juridiques de coopération ont été signés.

 

« La première est qu’au niveau du gouvernement, qu’il y ait des projets précis à soumettre à nos partenaires. 2è condition : que les congolais prennent aussi des initiatives. Nous sommes dans une économie libérale. C’est un secteur privé dynamique dont nous avons besoin. L’État trace le cadre, crée le climat des affaires, s’occupe des infrastructures. Il faut des hommes audacieux, qui ont de l’imagination, qui créent des richesses, qui créent de l’emploi », a-t-il dit.

 

Pour sa part, Nicolas Kazadi a rappelé l’objectif de la mission en Chine qui n’était pas celui de signer des contrats mais celui de relancer la coopération bilatérale entre Kinshasa et Pékin.

 

« Il fallait redonner un nouveau souffle à cette coopération qui est extrêmement importante. La Chine aujourd’hui est l’un des principaux acteurs sur le plan économique à l’échelle mondiale et premier investisseur en RDC. Nous avons donc un partenaire majeur », a-t-il fait savoir.

 

Il a ajouté : « En toile de fond de cette visite, il y avait quelques différends liés à quelques investissements mais ces différends n’étaient pas l’objet des discussions. Ces différends ont été traités avant d’aller en Chine. Le principal avec TFM avait déjà été résolu. Il reste celui avec Sicomines.

Il était important de poser le cadre dans cet esprit de renouveau dans la relation ».

 

La Rupture News