Processus électoral : Le FCC fait ses exigences à l’équipe du Centre Carter, à Kinshasa

La délégation du FCC a été conduite par Emmanuel Shadary, le 3 mars dernier, pour échanger avec l’équipe du centre Carter, à Kinshasa, avec comme points à l’ordre du jour, l’évaluation du processus électoral en République Démocratique du Congo à mi-chemin.

 

Devant l’équipe du centre Carter, le Chef de la délégation du FCC a réitéré toutes les revendications du FCC à savoir :

– La mise en place d’une CENI inclusive et crédible ;

– La mise en place d’une Cour Constitutionnelle impartiale et juste ;

– La mise en place des Cours d’appel dans toutes les Provinces de la République Démocratique du Congo ;

– La révission de certains articles de la loi électorale qui selon le FCC avait été modifiée avant sa promulgation;

– La mise en place d’une territoriale composée des fonctionnaires de carrière de l’État.

 

Au-delà de ses revendications initiales, le Front Commun pour le Congo a dénoncé l’intention manifeste du pouvoir en place d’organiser la fraude en enrôlant des enfants mineurs d’âge, des personnes fictives et en octroyant plusieurs cartes d’électeurs à une seule personne. Toujours dans le même ordre d’idées, la délégation du FCC a renchérit que la CENI n’a pas le contrôle total des machines dédiées à l’enrôlement qui, à ce jour, se retrouvent entre les mains et les domiciles de certaines personnalités politiques de l’Union Sacrée pour la Nation.

 

Au regard de toutes ces irrégularités, le FCC estime que le processus électoral en cours est totalement corrompu. Par conséquent, il exige sa suspension immédiate.

 

Enfin, le FCC a rappelé que la constitution de la RDC stipule clairement que chaque congolais ayant atteint l’âge requis, a le droit de participer aux élections et de choisir ses dirigeants. Mais de toute évidence, le contexte sécuritaire actuel de notre pays ne permet pas à près de 14 millions d’électeurs de l’EST de pouvoir s’enrôler en toute sécurité dans leurs milieux de vie.

 

Le FCC a donc proposé que la sécurité soit totalement rétablie dans cette partie de notre pays, afin de permettre l’organisation des élections sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo

 

Lens MUZAMA