Sud-Kivu: Le personnel de l’ISP/Bukavu dénonce la spoliation de leur bâtiment 

Pascal Mwinyi Masimango

L’institut Supérieur Pédagogique de Bukavu (ISP) demande l’annulation sans aucune autre forme de procès, de l’arrêt rendu le 01 Nov 2022, sous le numéro RCA 7081, reconnaissant l’obtention frauduleuse du certificat d’enregistrement Vol.F12, folio 86, SU 539 du 17 Sept 1993 et ordonnant la mutation du droit sur cet immeuble à d’autres tiers assurément plus fraudeurs que le premier.

 

L’ISP/Bukavu demande a la Cour d’Appel du Sud-Kivu d’annuler l’ordre de déguerpissement des occupants de l’immeuble sis Avenue MBAKI, N°2, SU 539 du plan cadastral de la Commune d’Ibanda comme a précisé le DG de l’ISP/Bukavu, le Prof. Espoir MAJAGIRA BULANGALIRE après le dépôt du mémo à la Cour d’Appel du Sud-Kivu, au Gouvernorat et à l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu.

 

C’était à travers une marche pacifique organisée ce vendredi 3 Mars dans la ville de Bukavu par toute la communauté de l’ISP/Bkv, constituée des élèves de son école Primaire et de son École d’application (EDAP/ISP) des étudiants de l’ISP, ISDR, ISC ainsi que des membres de son personnel Administratif, Technique et son personnel Académique.

 

Cette institution publique de l’État hausse le ton et annonce le début des manifestations si la Cour d’Appel du Sud-Kivu ne lui rétablisse pas dans ses droits en tant que le véritable propriétaire de l’immeuble.

 

Suite a cette marche d’avertissement des actes citoyens de revendications des droits de l’impunité de criminels qui font main-basse sur les immeubles appartenant au domaine public et s’adonnent ainsi à des actes de spoliation qui méritent d’être condamnées clairement.

 

Le transport en commun à été paralysé sur les altères principales de la ville de Bukavu sur les itinéraires ISP – Nyawera – Feu Rouge – Labotte suite à la présence des plusieurs manifestants.

 

Les Directeurs Généraux de l’ISP l’ISDR et l’ISC avec les étudiants des institutions publiques ont pris part à cette marche, eux aussi avertissent les spoliateurs des parcelles de l’État que, les étudiants sont aux ague pour défendre leurs droits.