Religion : Crise à la COMICO, le comité Djibondo dénonce l’ambiguïté du ministère de la justice qui délivre des arrêtés contradictoires (Mise au point)

Dans une mise au point, faite samedi 29 octobre dernier, au siège national , le comité légal de cette communauté dirigé par l’Imam DJIBONDO KAPIEPIE, Représentant légal de la COMICO, dénonce la complicité de l’Etat congolais, dans le maintien de la crise qui secoue cette communauté, datant de février 2018, à la suite du maintien par défis du comité Cheikh ALI MWINYI et Cheikh ABDALLAH MANGALA, déchu par la masse musulmane, suite de la fin de leur mandat à la tête de la COMICO.

 

Selon ce comité, la crise musulmane évolue diamétralement entre d’une part l’État congolais et certaines personnes, qu’il qualifie d’aigris de cette communauté.

 

 » Si pour la masse, musulmane deux personnes, nous citons Cheikh ALI MWINYI et ABDALLAH MANGALA restent les étincelles permanentes de cette crise mais contre l’État Congolais, les deux doivent diriger par défis la COMICO dans une cacophonie totale afin de détruire tous les tissus vitaux de notre communauté », peut-on lire dans la mise au point, lue par l’Imam TWAHA.

 

Selon ce comité, l’État congolais en général et le ministère de la justice en particulier traite avec célérité et équité les crises d’autres confessions religieuses et ignore complètement la crise de la COMICO, pourtant, si cruelle et si gigantesque que celle des confessions religieuses ci-haut évoquées

 

 » Chers amis de la presse , vous constaterez sur terrain non seulement plusieurs jugements et arrêtés contradictoires les uns contre les autres, au point même de se demander en quoi servirait le credo État de droit prôné par son Excellence Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO, mais aussi un comportement assez étrange de la part du Ministre de justice, qui mange sur toutes les tables, c’est-à-dire donne la légitimité à tous les trois groupes de la COMICO, sans distinction. De même, pour les hautes institutions du pays qui se contentent de collaborer avec Cheikh ABDALLAH MANGALA, pourtant débouté par la justice et vomi par la masse musulmane », indique la mise au point que vous trouverez en annexe.

 

Le comité déplore également le fait que le secrétaire Général à la justice a assisté le vendredi 28 octobre dernier, à un forum qu’il qualifie d’irregulier, convoqué par Cheikh ALI MWINYI et qu’il estime abusivement appelé Conseil national de l’Islam, du fait de tirer sa légitimité.

 

Pour dissiper la crise et réunir toute la communauté musulmane de la RDC, le comité Djibondo fait quatre recommandations à l’État Congolais, qui devra :

 

– prendre en compte la volonté des fidèles musulmans qui ne veulent plus de Cheikh ALI MWINYI, moins encore de Cheikh ABDALLAH MANGALA,

 

– Considérer les Imams congolais au même titre que les religieux d’autres Confusions religieuses,

 

– imposer la paix au sein de la COMICO par respect des statuts de la COMICO

 

– Et aider la COMICO à organiser dans un meilleur délai une assemblée générale réellement inclusive sous les auspices du ministère de la justice.

 

Lens Muzama