Kinshasa/Santé : soupçon d’une épidémie inconnue dans la Zone de Santé de Matete

Partant d’un communiqué destiné aux parents d’élèves de l’école chrétienne Arche de Moïse et Hadassah dans la commune de Matete en date du 23 septembre avait dans une publication, alerté sur la présence d’une maladie en milieu scolaire.

 

Quelques jours après cette alerte, le Bureau Central de la Zone de Santé de Matete a confirmé l’existence d’une maladie peu habituelle en date du 24 septembre 2022.

 

Dans un document intitulé « Messages clés »signé le 27 septembre, le Médecin Chef de Zone, le Docteur Kalala Ngambwa Scotie, donne quelques dispositions pratiques à observer à l’intention de toute personne âgée de moins de 20 ans.

 

« Toute personne de moins de 20 ans présentant la fièvre, le rhume, douleurs de la gorge, douleurs musculaires et Ostéoarticulaires entraînant la difficulté de marcher seul doit être orientée au Centre de Santé le plus proche. Le Centre de Santé à son tour doit alerter en urgence les points focaux « Surveillance » de la Zone de Santé à ces numéros : 0816170060; 0818674321. »

 

Par ailleurs, le Médecin Chef de Santé insiste sur des cas de détresse respiratoire qui doivent être orientés pour oxygénothérapie à l’Hôpital Sino-Congolais de N’Djili.

 

Toutefois, dans une correspondance adressée aux chefs des quartiers de la Commune de Matete, le BCZS annonçait un total de 12 cas enregistrés, tous, provenant de l’Eglise Schekinah et l’école Ecamo se trouvant au sein même de l’église.

 

C’est en date du 18 septembre, indique la même correspondance que la Zone de Santé avait été alertée de deux cas de décès et un cas pris en charge à l’hôpital Biamba Marie Mutombo.

 

« … quelques jours après, il y a eu survenu de 9 cas. Ce qui fait un total de 12 cas. »

 

La majorité des malades avaient présenté les symptômes suivants : fièvre, céphalées, arthralgie, fourmillements des membres, une dyspnée allant parfois à la paralysie des membres.

 

Toutefois, la communauté doit rester vigilante et signaler les cas pour une prise en charge adéquate.

 

La rédaction