Justice internationale : Le révolutionnaire Constant Mutamba porte plainte contre Paul Kagame à la CPI, pour les crimes commis en RDC

C’est depuis plus de deux décennies que le Rwanda est à la base de l’insécurité en République Démocratique du Congo. De l’AFDL au M23 ,en passant par le RCD et le CNDP, le pays de Paul Kagame sème mort et désolation particulièrement à l’Est de la RDC. C’est à cause de ces crimes ignobles, qui se poursuivent jusqu’à aujourd’hui, que la Dynamique Progressiste Révolutionnaire, DYPRO, par le biais de son Président natîonal, Me Constant Mutamba, à la tête d’une forte délégation des cadres et militants de sa plateforme, a officiellement déposé sa plainte pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes d’ agression au bureau du Procureur de la Cour Pénale Internationale de la Haye, dans sa juridiction de Kinshasa.

 

S’appuyant sur l’article 5 de la Convention de Rome, Constant Mutamba, considéré comme avocat naturel des victimes des atrocités Rwandaises en RDC, dans les provinces du Nord et Sud-Kivu, de la Tshopo et de l’Ituri, soutient avec force que le Procureur de la Cour Pénale Internationale a compétence d’ouvrir une enquête pour déterminer les coupables des crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes d’agression perpétrés par l’armée rwandaise en République Démocratique du Congo.

Après avoir saisi officiellement le Procureur de la C.P.I est l’Opposition républicaine congolaise, incarnée par le DYPRO, n’attend que « l’ouverture de l’enquête pour que, dans les tous prochains jours, le Président rwandais Paul Kagame et ses complices répondent des faits leur reprochés », soutient avec force, Me Constant Mutamba.

Il a par ailleurs, salué le discours patriotique et courageux prononcé par le Président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, du haut de la tribune de la 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, discours dans lequel le Chef de l’État congolais a également dénoncé l’intrusion de l’armée rwandaise en RDC, sous couvert des rebelles du M23.

 

Il faut espérer que cette plainte sera réellement prise en compte par le Procureur de la CPI et que le dictateur rwandais et ses associés feront véritablement face à la justice internationale. Car, pour les victimes congolaises de la barbarie rwandaise, il n’est pas question que ces crimes de masse puissent restés impunis.

 

Rédaction