RDC : Les femmes engagées pour la paix portent un démenti sur l’annulation de la réunion avec la société civile par Mme Bintou KEITA (Déclaration)

Journée Internationale de la Femme Africaine en République Démocratique du Congo :

 

Tout en réitérant leur message du 26 juillet qui condamnait les débordements, les massacres, les pillages et tueries au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, les femmes engagées pour la paix et le développement durables ont tenu à porter un démenti par apport à la nouvelle qui circule en disant que c’est Mme Bintou KEITA qui leur avait annulé la rencontre du depot de leur mémo auprès du Sous-secrétaire Genreal des Nations Unies car revenant fraîchement au pays en ce moment là, la nouvelle a été donnée donc par son bureau et non pas elle personnellement.

 

C’est pourquoi, la plateforme des réseaux des femmes engagées pour la paix et le développement, compte toujours sur leur Ambassadrice Mme Bintou Keita pour que leur mémo parvienne à qui de droit en cette Journée Internationale de la Femme Africaine juillet 2022 et réitèrent leur message :

 

DÉCLARATION DES FEMMES CONGOLAISES ENGAGÉES POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT FACE A LA SITUATION SÉCURITAIRE QUI PRÉVAUT AU NORD-KIVU ET AU SUD-KIVU : « DÉPART DE LA MONUSCO », “JIFA2022”

 

Nous, femmes membres des organisations féminines, actrices sociales engagées pour la paix et le développement, en ce jour de la JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME AFRICAINE “JIFA 2022”, suivons avec attention les manifestions de colère publique de la population dans la Province du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, plus précisément dans les villes de Goma, de Butembo et d`Uvira depuis le 25 juillet 2022 réclamant le départ de la force ONUSIENNE, MONUSCO en RDC.

Bien qu`affectées directement par la recrudescence des atrocités dans cette partie du pays, ayant causé des millions pertes en vies humaines lâchement tués, des déplacements massifs de la population dans des conditions fragiles et extrêmement inhumaines (dont les femmes, les enfants et les personnes vivant avec handicap sont véritablement victimes au premier plan) ainsi que d’énormes dégâts matériels depuis près de deux décennies ou’ le simple mot GENOCIDE, le simple mot FEMICIDE, le simple mot BALKANISATION, ne suffisent plus : les groupes armés locaux et étrangers, les forces terroristes M23 téléguidées par le Rwanda et toutes ces guerres a répétition accentuant la misère et la pauvreté de la population a l`exemple du peuple primitif a ce ce siècle or les saintes écritures dans Éclesiaste 3 nous renseignent qu`il y a un temps pour tout :

– Un temps pour tuer, et un temps pour guérir,

– Un temps pour pleurer, et un temps pour rire,

– Un temps pour se lamenter, et un temps pour ramasser,

– Un temps pour dechirer, et un temps pour coudre,

– Un temps pour la guerre et un temps pour la paix , …

Dieu a fait toute chose belle en son temps, il a mis aussi dans leur Coeur l’eternite, mais sans que l`homme puisse comprendre l’oeuvre que Dieu a fait du commencement jusqu`a la fin.

 

Ainsi, nous reiterons notre message du 26 juillet et celui des Bureaux de coordination de la Societe civile du Sud-Kivu, Nord-Kivu, Tanganyika, Maniema et Ituri, soutenant l’expression démocratique spontatee de la population, dénonçons et condamnons encore une fois, jusqu`a la derniere energie, toute forme de manipulation conduisant à des actes de vandalisme et de violence sous quelques forms que ce soient et demandons leur cessation immediate car la violence n`engender que la violence, la manipulation n`engender que la manipulation, en nous posant la question de savoir a qui profite les debordements, les cases et les tueries de part et d`autre : population et Monusco.

 

Conscientes que la mission de sécurisation de la population et de leurs biens revient principalement au Gouvernement de la RDC, et ce conformément à l’article 16 qui stipule que la Personne humaine est sacrée, l’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger, Entendu que, en qualité de pays membre de l’ONU, la RDC a invité les forces de maintien de la paix pour venir en appui à son armée, les FARDC depuis le 30 Novembre 1999 et profondément inquiètes de la déclaration du porte-parole de la MONUSCO du 13 Juillet 2022 relative à l’incapacité de la MONUSCO d’apporter son appui aux FARDC dans la traque contre les M23 :

 

Nous recommandons ce qui suit :

 

1. Au Gouvernement de la RDC, en tant que garant constitutionnel de la sécurité et de l’intégrité territoriale ; de mettre tous les moyens nécessaires à la disposition des nos forces de sécurité pour que la paix durable soit rétablie et garantie sur toute l’étendue du territoire national, plus particulièrement et en URGENCE de libérer BUNAGANA illégalement occupés par les groupes terroristes du M23, de restaurer l’autorité de l’Etat dans les Zones en proie par ces guerres a reptition dans un bref délai ;

2. Associer le Parlement dans toute initiative d’accord de paix car il représente la population ;

3. De travailler etroitement avec la Monusco, pour mettre effectivement en execution, toutes les resolutions des Nations Unies dont les Résolutions 1325 et 2250 de l’ONU relatifs à l’implication des femmes et des jeunes dans les questions de paix et de sécurité ;

4. D’accélérer le processus de Démobilisation, Désarmement et Réinsertion et Relèvement Communautaire P-DDRCS 2.

 

Aux Nations unies, MONUSCO d’évaluer sans complaisance la colère publique ;

5. D`encadrer la mise en œuvre du plan de sortie des troupes de la Monusco afin de ne pas connaitre un nouveau sevrage de triste memoire, nous ne souhaitons pas que la situation de la chasse a l`homme commise aupres des Belges mais dont nous payons toujours le prix jusqu`a nos jours,

6. A la Monusco et à la Communaute internationale ;

– d`oeuvrer reelment dans la mise en oeuvre des resolutions du conseil de securite des NATIONS UNIES et surtout accelerer le plan de sortie que la population doit palper pour une confiance mutuelle en vue d`y arriver sans casse,

– Pourquoi seuls les citoyens congolais sont santionnés à tord ou à raison, et les pays agresseurs restent des donneurs des lecons et même chouchoutées par la Communaute internationale,

– Que dire de la traçabilité des ressources minières de la RDC?

– Ou sont partis les drones de la Monusco?

– Pourquoi il n`y a aucun signal du retrait des troupes du M23?

– Les Humanitaires sont-ils toujours au service de ces deplacees qui dorment sous la belle etoile? Autant de questions qui se posent sans reponses sont à la base de la colere de la population jusqu`à croire ques toutes ces resolutions du Conseil de securite sont tombées cadiques ;

7. A l’Union Africaine en général et particulièrement la SADC, la CEEAC, la CIRGL, la EAC d’exiger le respect et la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre des accords multilatéraux sur la paix et la sécurité dans la région, précisément le respect de l’intégrité des frontières des Etats membres ;

8.

A l’opinion nationale, la Societe civile, les Eglises, les notabilities, de ne plus céder a la manipulation, demeurons vigilants et n’alimentons plus les ennemis de la paix, de se mobiliser contre le discours de haine, de condamner les actes de violence et du respect des biens publics et privés ; d’encourager les manifestations pacifiques et de poursuivre les actions de plaidoyer pour le retour effectif de la paix durable.

 

Nous sommes tous distriats dans notre tribalisme et meme collinismes, dans nos loisirs, NON,

 

Plus jamais ça, trop c`est trop, demeurons vigilants pour éviter l’infiltration de l’ennemi de la paix et la stabilité de la RDC en général et dans la partie Est en particulier.

 

Rédaction