61 ème anniversaire de la Journée Panafricaine des Femmes : Gisèle Ndaya met la femme congolaise devant ses responsabilités

A l’occasion de la journée panafricaine de la femme africaine célébrée le 31 juillet de chaque année, Excellence, Gisèle NDAYA met en exergue la politique genre, pour l’émergence brillante de la femme Africaine et Congolaise.

Cette journée a été commémorée le samedi 30 juillet dernier au beau cadre du jardin du Cercle Elaïs à Kinshasa. Elle était placée sur deux thèmes a savoir :

-Sur le plan international : Vers la promotion du capital humain des femmes pour un développement durable et inclusif. Lutter contre le fléau de la violence, tout en renforçant la sécurité alimentaire et la bonne nutrition en Afrique.

-Sur le plan national : Lutter contre les violences. Sécurité alimentaire et nutritionnelle pour la promotion de la femme congolaise.

En sa qualité de Ministre nationale en charge du Genre, Famille et Enfant, Giselle NDAYA, a rappelé l’historique de cette date et les actions courageuses menées à travers toute l’Afrique, par certaines femmes courageuses, ainsi que quelques structures, dans le seul but de changer le statut de la femme, tant sur le plan continental qu’africain.

 

De la société à la vie conjugale, madame la ministre a reconnu les efforts que fournissent les femmes, surtout en ce moment de crise mondiale, pour maintenir l’équilibre des foyers, cependant, elle a notamment dénoncé les injustices que subissent les femmes dans la société.

 

« C’est mignon que les femmes jouent un rôle crucial dans la gestion de l’alimentation et la bonne nutrition au sein de la famille malheureusement celles-ci sont davantage victimes de la soupe nutrition au même rang que les enfants car elles sont en plus l’objet de discrimination spécifique telle que dans la prévention des nourritures circulantes en raison des us et coutumes, ces nombreuses inégalités coûtent cher à la société congolaise y compris en termes de perte de la production agricole, de la sécurité alimentaire et de la croissance économiques car les femmes sont des artistes essentielles du monde agricole et représentent en ce jour près de 50 % de la main d’oeuvre agricole dans notre pays ».

 

A en croire, Gisèle NDAYA les efforts doivent être consentis, en vue de pousser la femme à maintenir son cap, pour mieux lutter contre ces injustices.

 

« l’agenda de la femme ne doit pas nous dérober la responsabilité qui nous incombe, à fournir des efforts d’éradication des violences basées sur le genre, qui doit passer par l’égalité de sexe et l’autonomisation de la femme et jeune fille ».

 

Toutefois, le numéro du ministère du genre, famille et enfant a reconnu que le chemin est encore long pour amener la femme à gagner son pari.

 

« Il y a encore un long chemin à parcourir c’est pourquoi face au défi qui nous guette pour l’attente de l’objectif du défoulement durable au début 1 et 2 qui vise à éliminer la pauvreté extrême et la faim, il est indispensable de mener des actions visent l’égalité de sexe, c’est ainsi que le gouvernement congolais par le biais du ministère du genre, famille et enfant saisi l’opportunité, de la célébration de ce jour pour lancer un appel aux partenaires traditionnels aux organisations non gouvernementales nationales, internationales et à celles de la société civile pour mettre le boucher double dans la mise en œuvre de la politique genre , en fin de parvenir aux résultats escomptés ».

 

Pour clore son exposé, Madame la ministre du genre, famille et enfant a précisé que la célébration de la journée panafricaine de la femme africaine sera suivi de la célébration de la semaine mondiale de l’allaitement maternel, ainsi, son dévouement de voir la participation de tous, dans la sensibilisation, pour un résultat escompté.

Michael Bakemba