RDC : « Nous avons sensibilisé nos troupes pour leur dire que les élections, ce n’est pas en 2023, les élections, c’est demain », (Suzy Badjoko)

Sous le patronage de la Présidente du parti, Mme Suzy Badjoko, les militantes, militants et cadres de l’Alliance des Nationalistes pour la Démocratie et l’Emergence du Congo (ANADEC) se sont retrouvés à leur siège national pour une matinée politique de restitution de la dernière retraite politique de la DYPRO, organisée du 08 au 10 juillet 2022, à Kinshasa, dans la commune de Maluku.

 

Dans mot d’ouverture, le Secrétaire Général de l’ANADEC, Henock Kabalo, a souhaité la bienvenue aux cadres et militants de la DYPRO qui ont rehaussé de leur présence cette rencontre, et particulièrement au Président national de cette plateforme, Me Constant Mutamba.

 

Pour sa part, le Président national de la DYPRO, Me Constant Mutamba a encouragé les cadres et membres de l’ANADEC, à se préparer en conséquence pour les scrutins de 2023.

 

« Nous sommes venus, camarades membres de l’ANADEC, qui est l’un des partis-phare de la DYPRO, dans le cadre de la restitution des travaux de la retraite politique de Maluku.

Nous vous invitons à vous mobiliser pour les élections à venir et à être prêts, parce que la DYPRO a levé une option claire, c’est celle d’avoir suffisamment d’élus aux prochaines élections. Et le travail commence maintenant.

L’ANADEC au sein de la DYPRO doit nous amener minimum 15 à 20 députés nationaux », a déclaré Constant Mutamba.

 

Au terme de ces assises, la Présidente nationale de l’ANADEC, Suzy Badjoko, a fait à la presse le point sur la quintessence de cette matinée politique.

 

« Après la retraite, nous avons reçu des recommandations du Président Constant Mutamba pour que l’on puisse restituer ce qui s’est passé à ladite retraite dans nos partis politiques respectifs.

Nous avons vulgarisé les différentes résolutions de la retraite de Maluku, à savoir :

-Nous sommes contre l’agression de notre pays ; nous soutenons les FARDC ; Nous accompagnons la CENI dans le processus électoral, en demandant au Gouvernement de donner tous les moyens, parce que la DYPRO ne va pas tolérer le glissement, même d’un jour.

 

Nous, nous attendons vraiment les élections de 2023. C’est ainsi que nous devrions sensibiliser nos troupes pour leur dire que les élections, ce n’est pas en 2023, les élections, c’est demain », a-t-elle martelé.

 

Michael Bakemba