Kinshasa : les Ong des ramasseurs d’immondices de la Gombe espèrent bientôt reprendre du service

Samedi, 07 mai 2022 ; le tribunal de la Gombe ayant jugé recevable et fondée la requête introduite à son greffe par le Collectif des ramasseurs d’immondices de la Gombe, ce n’est qu’en toute impartialité que la cause sera tranchée. Pour éclairer nos lecteurs, toutes les Ong des ramasseurs d’immondices de la Gombe étaient interdites d’exercer depuis le 12 janvier 2022 sur tout le périmètre de la Gombe sur décision de madame le Commissaire Général en charge de l’environnement de la ville-province de Kinshasa. Et dire pourtant que ces derniers sont opérationnels depuis la deuxième république, sous Kabila-père et fils, et bientôt sous le régime Tshisekedi Tshilombo qui prône,  » le peuple d’abord ».

 

 

Par dessus tout, une campagne contre l’insalubrité a cours sur la ville et a besoin de plusieurs mains pour ce .Pire encore, aucun préavis n’a été lancé et les Ong des ramasseurs des déchets de la Gombe ont un personnel, des bureaux et autres charges à payer… D’où, ils ont saisi le tribunal pour la levée de la décision illégale qui frise la discrimination et un conflit d’intérêt manifeste accordée à une concurrente ,du reste à peine venue dans le métier.

 

Et dire pourtant que les Ong des ramasseurs d’immondices de la Gombe sont en ordre du point de vue administratif avec l’État congolais et ont des contrats signés avec des écoles, restaurants et particuliers auxquels ils sont tenus d’honorer. Mais subitement, ils sont sommés d’aller ailleurs et laisser les immondices de la Gombe à leur concurrente.

 

Et cela, au mépris de la constitution de la RDC qui enseigne qu’aucun congolais ne peut être l’objet de discrimination et la loi sur la passation des marchés publics au pays de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

 

D’où ils ont saisi le tribunal pour attaquer cette mesure illégale qui sera bientôt levée afin de soulager des familles d’agents dont les administratifs, chauffeurs et autres ramasseurs parmi lesquels d’anciens « Kuluna » reconvertis en citoyens normaux qui ont tout laisser pour œuvrer sur la ville.

 

Ce n’est un secret pour personne que depuis, la situation est devenue pire qu’avant dans la mesure où le Centre d’affaires de Kinshasa est saturé d’immondices au point que les poubelles et d’échanges publiques débordent.

 

St Thomas Bosila