Sommet de Nairobi : Richard Mpinda pointe du doigt Paul Kagame, d’être le point focal de M23, et propose l’option de la guerre en cas de boycott

La situation sécuritaire de l’est de la République Démocratique du Congo demeure préoccupante. Le week-end dernier, le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a envoyé une délégation pour dialoguer avec les délégués des groupes armés.

 

Le public se pose trop des questions à savoir : la suite si, le M23 refusait. Richard Mpinda, Communicateur de l’Union sacrée a été interviewé par la rédaction de larupturenews.cd.

 

« C’est la suite logique de l’option diplomatique qu’avait levée le Président de la République Félix Tshisekedi, pour résoudre la situation de l’insécurité à l’Est. afin que, la population puisse éventuellement évacuée librement sur ce sol de la république du Congo qui leur appartient. » a déclaré Richard Mpinda communicateur de l’Union sacrée.

 

Pour lui, le président Rwandais Paul-Kagame, qui est le pilier de l’insécurité qui se vit à l’Est de la République Démocratique du

Congo mais aussi l’Ouganda et le Burundi, et évoqué les raisons de ses propos.

 

« Vous allez comprendre que, l’entreprise de l’Empire Imatuti veut déstabilisé, veut avoir une main mise sur le gestion des pays voisins. On les a identifié, grâce au CIRGL; nous sommes partis du principe des absences répétés lorsqu’il s’agissait de parler du grand-lacs partout parce que Paul Kagame, estimant qu’il a été indexé. Il a préféré ne pas être là où certaines décisions devrait être prises contre lui, » argumente Richard Mpinda.

« Néanmoins, lors de l’évaluation de mécanisme de suivis de la mise en application de l’accord d’Addis-Abeba Kagame, était absent . Lorsque le président Félix, devrait intégré la communauté des États de l’Afrique de l’Est; Kagame, étant présent il a posé les désidératas, il a porté la voix du M23 pour éventuellement mettre à la disposition de la communauté ses attentes et vouloir à ce que la République Démocratique du Congo, puisse répondre en demandant entre autres qu’on puisse intégré le M23 dans l’armée et leur accordé les postes politiques. » a-t-il renchérit.

En cas de boycott que fera le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo ? Richard Mpinda, propose l’option de la guerre pour stabiliser l’Est de la République.

 » Celui qui veut la paix prépare la guerre, » estime Richard Mpinda.

Pour rappel, le M23 /Makenga n’a pas participé aux travaux tel que l’avait exigé la délégation gouvernementale à cause de la poursuite de ses activités militaires dans le Nord Kivu.

 

« Qu’à cela ne tienne, l’option levée par ce prétendu dialogue de Nairobi, c’est tout simplement donné une chance aux groupes armés à l’Est de la République de pouvoir déposés les armes et éventuellement intégrés le Programme mise en place de désarmement, démobilisation, réinsertion communautaire et stabilisation (PDDR-CS) », souligne Richard Mpinda.

 

Jeancy Makuenda