Kananga : les femmes et filles accusent les humanitaires du système des nations unies d’être à la base de violences basées sur le genre

La multiplicité des cas de  violences sexuelles à kananga dans la province du kasaï central, les humanitaires du système des nations unies  et les défenseurs de droit de l’homme  envoyés à kananga seraient à la base de cette situation.

 

D’après une enquête faites depuis l’année 2021 dans la ville de  kananga, plusieurs femmes, filles et petites filles, sont victimes des violences basées sur le genre, harcèlement sexuel, viol injures, délaissement par les humanitaires du système des nations unies venant au kasaï central pour travailler.

 

selon certaines filles qui se sont livrées à notre média couvert sous l’anonymat, ces agents du système des Nations Unies les violent par mal.

 

 » Mr le journaliste les organismes des nations unies luttent contre les violences faîtes à la femme, fille et jeûnes filles mais c’est le contraire. J’ai rencontré un humanitaire des nations unies, il m’a dit qu’il va m’épouser il m’a engrossé et après il m’a laissé avec la grossesse quand j’ai accouché cet homme nie que c’était pas sa grossesse, je ne sais pas où aller moi parce que l’homme avait rompu toutes mes relations avec les amies et voir même la famille mais aujourd’hui il change la version », s’est confiée à larupturenews.cd, une femme rencontrée dans la ville de kananga dans un  hôpital où elle a donné naissance, et abandonné par l’humanitaire du système des nations unies en mission de travail au Kasaï Central.

 

Pour les autres filles surtout les étudiants confirment un comportement très mauvais qui gâche l’image des organismes des Nations Unies au Congo.

À savoir nôtre enquête est tombée sur 2 femmes enceintes dont les auteurs sont les humanitaires mais abandonnées juste avant la naissance. l’autre chez les jeunes filles étudiantes des universités et sur certains garçons qui ont subi des violances physiques et promesses de la mor

 

ces femmes et filles demandent au gouvernement et aux dirigeants de l’assemblée provinciale du kasaï central de voir cette situation pour sauver les restes peu importe l’aide humanitaire mais elles sont fatiguées de VBG.