Paix et unité dans les communes de Kinshasa : Les amis de Moïse Matala réconcilie les groupes antagonistes des jeunes de Kintambo

L’association sans but lucratif » Les amis de Moïse MATALA a organisé, le jeudi 24 février, au stade Vélodrome, une journée de réconciliation entre les jeunes de la commune de Kintambo.

En effet, l’objectif de cette rencontre, organisée dans le cadre de la lutte pour le changement des mentalités au sein de la jeunesse kinoise, plus particulièrement celle de cette municipalité, est de réconcilier les différents groupes antagonistes des jeunes de Kintambo entre autres, 00gans, 6000, banlieue13, etc… où certains groupes se regardent en chien de faïence.

D’où le thème évocateur » TIA NA NSE BOMA RANDO », appelant tous les jeunes de cette entité de la ville province de Kinshasa à se réunir en bannissant toute sorte de rancune entre eux pour une municipalité de Kintambo unie et forte.

Au menu de cette journée dite  » un jeudi de réconciliation « , trois matches de football loisirs au terme desquels, les jeunes vont se retrouver dans une table-ronde pour partager un verre d’eau comme symbole de l’union et, en vue de revenir à la raison pour l’avenir de leur commune, qui, selon l’association « Les amis de Moïse Matala », se prépare aujourd’hui.

 » Cette journée, est une journée historique pour la commune de Kintambo car, maintenant la paix est le partage de toute la jeunesse de Kintambo. C’est une bonne chose lorsque les jeunes se réunissent. Cela garantie l’avenir car, Kintambo de demain, c’est aujourd’hui. Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés pour réaliser cet événement notamment, la Police nationale congolaise, les maîtres volontaires etc. Les amis ont compris qu’il faut laisser et ils ont remis les instruments dont ils se servaient pour causer tous ces dégâts », a dit Moïse Matala Kamanda.

Il sied de noter qu’avant les matchs de football, un message de paix a été lancé par les chefs des groupes antagonistes au terme duquel ce derniers ont remis tous les instruments, armes blanches, entre autres, machettes, coupe-coupe couteaux, bouteilles, chaînes à moto ect. qu’ils utilisaient pour cette mauvaise pratique  » kuluna ». A son tour, Moïse Matala Kamanda, coordonnateur de l’Asbl  » les amis de Moïse MATALA » a déposé cela au bureau du commissariat de la Police nationale congolaise à Kintambo.

 

Jeancy Ngoy Ipako