RDC-Construction du port en eaux profondes de Banana : Joseph Mabanga exprime trois grandes inquiétudes qui peuvent bloquer la réussite de ce projet

Lancés depuis le 1 er février dernier, par le président de la République de la République, devant plusieurs personnalités congolaises et étrangères, les travaux de la construction du port en eaux profondes peuvent se voir bloquer à cause de trois préalables, non de moindres, tels qu’exprimé par Joseph MABANGA, l’un des notables influents du Kongo central.

En effet, Joseph MABANGA, porte parole de la synergie de notables du Kongo central, se dit inquiet de voir lancer ces travaux de manière brutale sans tenir compte de trois conditions comme préalables à la réussite avec succès de ce projet. Pour cet opérateur économique, comment peut-on lancer les travaux de construction du port en eaux profondes sans un calendrier qui défini les actions à concrétiser et définir avec précision la date avec laquelle on pourrait indemniser les habitants village Nlendo et le projet ne dit pas avec précision la déplacement du camp militaire de la force navale, mais aussi ajoute Joseph MABANGA, l’absence des engins de la société appelée à exécuter ces travaux.

Il’y a pas de calendrier précis des travaux, Le projet ne dit pas à quelle date à laquelle qu’on va indemniser les habitants du village NLemvo, site choisi pour la construction de ce port et aussi le projet ne dit pas (non plus) à quand le déplacement du camp militaire de la force navale », a dit Joseph MABANGA. Aussi ajoute t-il le projet ne donne pas le calendrier précis des travaux ».
Le porte-parole de la synergie des notables du Kongo Central, qui a participé à la cérémonie de la pose de lancement de ces travaux de construction du port en eaux profondes estime que l’absence des préalables qu’il a énuméré porte à croire que tout ce qui s’est fait à Banana, risque d’être pris pour une distraction
dans le but de nous endormir et favoriser le début des travaux du pont route-rail » Kinshasa-Brazzaville, s’inquiète t-il.

Par ailleurs,, il insiste sur l’implication et le respect des délais, pour garantir le succès du projet, selon la vision de la FEC.

« Quand vous lisez, le début des travaux c’est 2022 et fin des travaux 2025, c’est ça la priorité des membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) » qui souhaitent « être partie prenante pour que le projet se réalise dans les délais, sinon, ça risquerait d’être un slogan »a dit Albert Yuma, président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC).

« Nous allons donc suivre jusqu’à la réalisation et pendant tout le processus, on doit être dedans. On doit se mettre autour de la table avec le gouvernement et l’entreprise adjudicatrice pour que la FEC soit partie prenante », insiste-t-il.

A lui d’ajouter « nous avons depuis des années milité pour qu’il y ait un port en eaux profondes, celà a toujours été une priorité pour le développement non seulement du Kongo Central mais de toute la RDC ».

Toute le façon, « quand on parle de la création de l’emploi et richesse, on voit le secteur privé. Nous sommes les premiers concernés et c’est pourquoi je suis là », conclut le responsable du patronat Congolais.

Entre temps, Deo NKUSU estime que la construction de ce port une chance pour les ports de Boma et Matadi

« Désormais même les ports de Matadi et Boma vont renaître de leurs cendres ». Le député provincial et ancien vice-gouverneur du Kongo Central, espère que l’érection de ce terminal maritime, qui perçoit d’ores et déjà la baisse du coût des importations qui selon lui, dure parce que « la plupart de nos biens importés subissent le transbordement à partir de ports voisins notamment celui de pointe-noire au Congo Brazzaville) ».

Pour sa part, Lambert MENDE pense que la construction de ce port est un accomplissement d’un rêve.

Le président du Conseil d’administration des lignes maritimes congolaises des LMC, ajoute ensuite :

« Je sais ce qu’il en coûte de devoir charger et décharger à l’étranger, je sais que nous devons payer à tous ces gens-là par lesquels nous devons passer. Disposer, par nous-mêmes, d’une porte de sortie et d’une porte d’entrée n’est pas peu de chose économiquement », s’enthousiasme-t-il.

Et à lui d’ajouter « c’est l’achèvement d ‘un rêve pour le peuple Congolais tout entier qui doit cesser de dépendre des pays voisins pour son commerce extérieur ».

Le lancement des travaux de la construction du port en eaux profondes avec la pose de la première pierre par le Chef de l’État à Moanda, et surtout la fin de ces travaux va marquer une ère nouvelle pour la RDC et ses voisins et permettra aux Ne Kongo et à tous les congolais de se procurer de l’emploi. Mais, il faut appliquer les trois préalables évoqués par Joseph MABANGA, s’il on veut voir aboutir ce projet jusqu’au bout.

Lens MUZAMA