Dossier marché central de Kinshasa : Les précisions de Mike Mukebayi

Cela fait une année depuis que le Gouverneur Gentiny Ngobila avait décidé de la démolition du marché central de Kînshasa pour y ériger un nouveau plus moderne. Mais une polémique est en cours actuellement au sujet de ce projet dont la matérialisation tardé à se concrétiser.

 

Intervenant le lundi, 24 janvier 2022 sur CCTV, le député provincial de Kinshasa, élu de Lingwala, Mike Mukebayi Nkoso, a donné des éclaircissements sur cette affaire qui continue à défrayer la chronique.

 

« Primo, il faut rappeler que le Libanais Hassan Mourad avait depuis 2003 ou 2004 un contrat avec la ville de Kinshasa. Un contrat léonin dans lequel Hassan était le grand bénéficiaire et la ville ne gagnait pas grand chose.

Lorsque Gentiny Ngobila devient Gouverneur de la capitale congolaise, il dénonce ce contrat de façon unilatérale et ordonne la fermeture des magasins de Monsieur Hassan, sans suivre la procédure légale. Or, ce contrat prévoit qu’un préavis de 3 mois soit accordé à l’autre partie contractante avant toute résiliation.

Conséquence, Hassan va en justice à la Cour d’appel de Kinshasa Gombe et gagne le procès contre la ville de Kinshasa. Et en appel devant le Conseil d’Etat, la ville de Kinshasa n’a pas eu gain de cause.

Gentiny Ngobila a refusé d’exécuter la décision du Conseil d’État lui enjoignant de réouvrir les magasins de Hassan.

Et par contre, Ngobila va faire intervenir le Chef de l’Etat pour avoir le quitus de détruire et démolir le marché central, y compris les magasins construits par la société SAFRICOM de Hassan, cela en dépit de la décision de justice.

Ce qui me préoccupe est le fait que, tôt ou tard, Monsieur Hassan peut poursuivre la ville de Kinshasa, pour non respect du contrat, en vertu de la décision du Conseil d’État en faveur », a-t-il expliqué.

 

Concernant le rapport de l’IGF sur le contrat qui liait SAFRICOM à la ville de Kinshasa, l’élu de Lingwala et sociétaire de Ensemble pour la République de Moïse Katumbi pense que « le Gouverneur Ngobila aurait dû solliciter les enquêtes de l’inspection Générale des Finances avant la révocation du contrat et la destruction des magasins construits par Hassan, d’autant plus que ledit contrat prévoyait une évaluation trimestrielle de son exécution, afin de se rendre compte du non-respect de certaines clauses par Hassan, comme par exemple, la non-construction des toilettes.

Ce rapport de l’IGF ne sert plus à rien année après la démolition du marché, sinon à la consommation de l’opinion publique », a-t-il indiqué.

 

Secundo, un autre problème qui préoccupe Mike Mukebayi sur ce dossier, c’est le manque de plan de reconstruction de ce marché, après sa démolition.

 

« Selon le rapport de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, datant de juin 2020, aucun projet de reconstruction du marché n’existait avant sa démolition par le Gouverneur Gentiny Ngobila. Voire même, jusqu’à ce jour, l’Assemblée provinciale n’est en possession d’un plan ou d’un contrat de construction du nouveau marché de Kinshasa.

Dans ce rapport de l’Assemblée nationale de Kinshasa, plusieurs résolutions ont été prises concernant le dossier du marché central, notamment :

– Création d’une Commission tripartite entre l’Assemblée nationale, le Gouvernement provincial et SAFRICOM (la société du Libanais Hassan Mourad), chargé de l’évaluation générale de l’exécution de la Convention de concession liant la ville de Kinshasa à la société SAFRICOM ;

– Transmettre toutes affaires cessantes à la représentation provinciale le planning des travaux de réhabilitation et de modernisation du marché central.

Toutes ces résolutions de l’organe délibérant de la ville de Kinshasa ont été ignorées par le Gouverneur Gentiny Ngobila, qui bénéficie du soutien de la majorité parlementaire au sein du Parlement de Kinshasa »

 

Et Mike de conclure :

« Grosso modo, à propos de ce dossier du marché central, nous avons deux problèmes.

De un , Hassan poursuivra un jour la ville de Kinshasa en justice, si un arrangement à l’amiable n’est pas pas trouvé de manière responsable. Et le cas échéant, la ville de Kinshasa sera condamnée et sera obligée de lui payer des dommages et intérêts.

De deux, personne ne connait la date du début ainsi que la durée des travaux de construction du marché central, depuis sa démolition ».

 

Et Mike Mukebayi n’a manqué de recadrer ceux qui l’accusent de s’acharner sur le Gouverneur Gentiny Ngobila.

« Moi, je n’ai aucun problème personnel avec Gentiny Ngobila. Je suis seulement préoccupé par le sort réservé à mes électrices et électeurs, parce que ça fait une année qu’ils ont été privés de leur lieu de commerce, de leur gagne-pain, depuis la démolition du marché central. Il y en a qui avait pris des crédits en banque et ne savent plus rembourser », a-t-il martelé.

 

JR. MOKOLO