RDC : Kinshasa s’agite de la randonnée diplomatique d’Adolphe Muzito et cherche des stratagèmes pour salir son image

En séjour de travail et en guise de la tenue du 6éme Sommet Union Européenne- Union Africaine, le Premier ministre honoraire de la RDC, Adolphe Muzito a été reçu par Bernard Quintin, Directeur Afrique du service européen d’actions extérieures de l’Union Européenne, au cours de cet entretien, Adolphe Muzito a affirmé qu’il n’y a

‘Pas de développement en Afrique sans gouvernement légitime « , qui préside à la du continent.

 

La position défendue par Adolphe Muzito est tout à fait logique, par le fait que la RDC.

Partage ses frontieres directes avec 9 pays, de ce fait, le développement la RDC entraînera Ipso facto non seulement celui de ses voisins mais aussi de toute l’Afrique.

 

d’où la nécessité de de trouver une solution aux problèmes qui plombent son décollage. Et parmi ces problèmes figurent notamment l’existence d’une CENI politisée, l’incapacité, l’incompétence et l’illégitimité des tenants actuels du pouvoir, ces problèmes créent un horizon sombre pour la RDC .Il s’avère donc urgent de régler les questions soulevées par LAMUKA pour s’en sortir.

 

Certains observateurs pensent que c’est cette randonnée diplomatique et ses prises de position tranchées qui énervent le régime Tshisekedi au point de ressusciter le dossier Kubla qui est d’ailleurs classé sans suite la justice Belge ne disposant d’aucun élément probant contreMuzito dans cette rocambolesque affaire.

 

Le Nouvel Élan d’Adolphe Muzito dénonce cette main noire du pouvoir de Kinshasa, qui vise à disqualifier son leader, en perspectives de prochaines élections, en République Démocratique du Congo, qui selon les leaders du Nouvel Élan, les détracteurs du premier ministre honoraire Adolphe Muzito sont déterminés à l’éliminer politiquement, sur les enjeux politiques de l’heure, ce, à l’annonce des actions de grandes envergures, tels que promis par le présidium de Lamuka dont Martin Fayulu et Adolphe Muzito, pour chercher la dépolitisation de la CENI et les réformes institutionnelles, pour garantir les élections crédibles et apaisées en 2023.

 

En dépit de ces stratagèmes et tractations politiques, Adolphe Muzito reste serein et décide de continuer son combat, jusqu’à la délivrance totale de la RDC et de son peuple, nous rassure un cadre du Nouvel Élan.

 

Lens Muzama