CENI : Didi Manara, Aggée Matembo et Jean Ilongo officiellement investis

« Place à présent au travail ! », a lancé ce jeudi 13 janvier 2022, Denis Kadima Kazadi aux nouveaux venus à la Centrale électorale après leur prestation de serment devant la Cour constitutionnelle

Le serment que les trois membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Didi Manara, Âgée Matembo Aje et Jean Ilongo Tokole, nouvellement investis, ont prêté jeudi 13 janvier 2021 devant les juges de la Cour constitutionnelle est le signe de l’officialisation de leur appartenance à cette institution.

Selon une formule consacrée, ils ont déclaré solennellement leur ferme engagement d’accomplir, loyalement le devoir de leurs charges.

À l’issue de cette cérémonie, Didi Manara désormais 2e vice-président, Âgée Matembo (questeur) et Jean Ilongo Tokole (membre de la plénière) ont, aussitôt, été officiellement présentés à la salle Abbé Appolinaire Malu Malu de la Ceni en présence du président du bureau de la Centrale électorale, Denis Kadima Kazadi et de tout le staff.

 

De même que les nouveaux secrétaires exécutif national, Thotho Mabiku Totokani et son adjointe Marie-Josée Kapinga Bondo qui viennent de prendre leurs fonctions à la suite de leur nomination au terme d’un processus rigoureux de sélection. Celui-ci a consisté à une analyse des dossiers personnels des candidats suivie d’épreuves.

 

Occasion pour Denis Kadima Kazadi de souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants venu rejoindre l’équipe dirigeante de la Ceni désormais au grand complet.

 

« Nous sommes maintenant au grand complet et devrons désormais nous mettre au travail. Nous avons déjà posé les jalons pour avancer dans nos travaux. Nous avons eu un Séminaire d’imprégnation durant lequel beaucoup de choses ont été réalisées notamment la feuille de route. Dès la semaine prochaine, nous allons organiser une autre activité sur la planification stratégique. Les fondamentaux se mettent an place, ce qui nous restait, c’était justement ce complément et il y aussi un problème de ressources. Nous avons entrepris des contacts avec les autorités gouvernementales, le Premier ministre et un certain nombre de ministères, ils ont été réceptifs et attendons leurs réactions. La Ceni est une institution qui vit de la dotation gouvernementale. En espérant qu’ils vont réagir assez vite pour nous permettent de réaliser une série d’activités. À commencer par les élections de gouverneurs et vice-gouverneurs ainsi que d’autres actions notamment l’inscription des électeurs et autres pour avancer dans ce processus électoral. Nous avons fait notre part, plus de raison de tergiverser, nous devrons nous mettre au travail », a indiqué le président de la Ceni qui estime que l’heure est arrivée à chaque partie prenante de jouer son rôle.

La rédaction