RTNC : Freddy Mulumba délie sa langue pour dénoncer les manœuvres politiques du ministre de la communication et médias. Voici la vérité

Les agents de la RTNC doivent ouvrir l’oeil pour déjouer le complot établi qui vise la mise en œuvre des projets d’intérêts mesquins. Dans sa communication devant les professionnels des médias dans l’une des salles VIP de l’hôtel Léon à Gombe, Freddy Mulumba Kabuayi révèle des choses cachées qui sont de fois à la base de sa suspension qu’il qualifie d’illégale.

 

Il a fait savoir que les mesures disciplinaires qu’il avait pris à l’endroit de certains agents sont totalement conformes aux dispositions de l’article 65 du statut du personnel de la RTNC. Elles ne représentent pas une sanction, mais une mesure conservatoire pour raison d’enquête a-t-il dit. Pour preuve, tous ceux qui sont passés devant la commission de discipline; qui y ont été blanchis, ont déjà été réhabilités.

 

S’agissant du climat de travail malsain et dégradante évoqué par le ministre, Freddy Mulumba a précisé qu’après le décès du Directeur Général Ernest KABILA Ilunga le 25 juin 2021, le conseil d’administration avait entériné son intérim et le Ministre de tutelle, Ministre de la communication et Médias en avait pris acte.

 

« Le premier acte posé dès ma prise de fonction était la lettre adressée à toutes les directions de la RTNC le 15 juillet 2021 pour me faire les états des lieux chacune dans son ressort ».

 

Dans l’entre-temps, les listings de paie me furent soumis pour la toute première fois aux fins d’avaliser la paie du 3ème trimestre 2021. Question de m’adapter à cette situation nouvelle, j’ai institué une commission chargée de reviser les listings de paie.

 

C’est grâce à cette commission qu’à été découvert sur ces listings l’existances des primes de liquidation de paie instituées par le Ministère du Budget. Cette prime bénéficiait entre autres aux agents du Ministère du Budget,aux délégués syndicaux,aux agents de la direction des ressources humaines et aux mandataires. C’est cette découverte qui a été à la base de la grève illégale déclanchée par les agents au mois d’août 2021, soit deux mois après ma prise des fonctions.

 

À lui d’ajouter, les agents qui réclamaient leurs salaires payés par l’Etat propriétaire sont arrivés même à incendier le Studio B de TV.

 

Nécessité de déscripter le climat.

 

« Ce qui se passe à la RTNC reste la résistance au changement. Depuis Mobutu, cette entreprise n’a pas connu de réformes. Il est question aujourd’hui de réinventer une autre télévision proche du peuple et défendant les intérêts de la nation capable de s’adapter aux nouvelles technologies de l’information et à la géopolitique mondiale du 21ème siècle ».

 

En dehors de cinq éléments de réponses, il faut aller au-delà des raisons avancées par le ministre pour me suspendre.

 

Les dessous de carte.

 

1. Le contrat Aubs que j’ai refusé de signer.

 

2. L’ émission que j’ai faite 2 jours avant l’arrivée de Kagame à Kinshasa sur l’agression des rebelles M23 dénoncé par les FARDC dans un communiqué.

 

Le ministre m’a appelé pour ne pas rediffuser l’émission.

 

3. La situation de la redevance dénoncée par l’IGF et l’audit que j’avais initié pour voir claire.

4. Selon l’IGF,l’éxécution du Budget de la RTNC a révélé un taux de réalisation de 100% pour les rémunérations et 0% pour l’investissement. L’équipe de contrôle a constaté que la rubrique interventions économiques a été mouvementée de CDF 3.338.223.456; soit un dépassement de 1.400% engagée par le ministère de communication et médias à l’insu de la RTNC traduisant ainsi sa non maitrise des lignes budgétaires mises à sa disposition.

 

5. Mon discours panafricaniste et le dernier Colloque scientifique international sur la reconstitution des œuvres d’art et la renaissance Africaine.

6. Bref, avec moi,la RTNC échappe les balkanisateurs du Congo.

 

7. Ne jamais trahir le Congo et le peuple d’abord.