Moïse Nyarugabo à Fatshi : « après plusieurs années à l’opposition, la dictature pouvait venir de partout sauf de l’UDPS »

Le Député national, Moïse Nyarugabo était également à la ligne de front lors de la marche des forces politiques et sociales regroupées en « bloc patriotique » ce samedi 13 novembre 2021 à Kinshasa.

 

L’un des objectifs de cette marche étant la dépolitisation de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Moïse Nyarugabo a de prime abord dénoncé la caporisation de la chambre basse du parlement congolais par une majorité qu’il qualifie de « mécanique » dirigé par, Christophe Mboso.

Et constante un échec cuisant sur la gratuité de l’enseignement de base et l’Etat de siège décrété par, le président Félix Tshisekedi dans une partie du pays à savoir : la province de l’Ituri et le Nord-Kivu.

 

Fort de cette expérience à l’opposition comme au pouvoir, l’ancien proche de Mzee Kabila et de l’ancien vice-président, Azarias Ruberwa estime que le forcing, la dictature et autres pratiques antidémocratique pouvait venir de partout sauf de l’UDPS.

 

« Le pouvoir doit comprendre que, ceux qui est de la sécurité à l’est et de l’état de siège n’a pas réussi, la gratuité de l’enseignement c’est un échec. Je pense honnêtement ce que nous sommes entrain de vivres pouvait venir de partout sauf de l’UDPS qui a passé plus d’une trentaine d’années dans l’opposition n’est pouvait pas conduire le débat de cette manière car, nous passons que beaucoup d’années à l’opposition serviraient des leçons.

Il doit revoir sa politique ».

 

L’elu d’Uvira se dit contre la caporisation du pouvoir par l’Union Sacrée de la nation notamment à l’assemblée nationale mais, toute fois promet l’apport de l’opposition dans la loi électorale qui pointe déjà à l’horizon.

 

« L’opinion doit savoir que le parlement est aujourd’hui caporalisé par une majorité mécanique. Le débat appris fuite, il y a plus de débat au parlement. Pour ce qui concerne la loi électorale nous allons apporté notre contribution si la proposition de loi ou du projet est déposé à l’assemblée nationale ». A déclaré l’ancien ministre de l’économie pandent la période de transition 1+4

 

Rappelons que la marche de ce jour, a connu la participation de plusieurs personnalités politiques du pays, notamment des cadres du Front commun pour le Congo (FCC), de la coalition LAMUKA, ainsi que des forces sociales, entre autres, les laïcs protestants et catholiques.

 

Francis Luende