Assemblée provinciale de l’Equateur : Voici comment Claude BUKA a été induit en erreur par JC.BAENDE !

Par Jean Mokos

Dans leur prise de position faite à Mbandaka le weekend dernier, par la voix du chef coutumier Boketsu Ngele, les forces vives de la province de l’Equateur accusait l’ancien gouverneur JC.Baende de tirer les ficelles dans la crise qui secoue actuellement l’organe délibérant de cette province. Et cela en manipulant un groupe de députés qui se sont engagés dans un bras de fer avec le pouvoir central. Et à la tête de ce fameux G-13, il y a Claude Buka, le Président de l’Assemblée provinciale de l’Equateur visé par une pétition de déchéance.

Pour vous en convaincre, nos reporters ont eu accès à une audio circulant sur les réseaux sociaux dans laquelle Jean-Claude Baende demande au député provincial Claude Buka Lompulo de « se rébeller » contre le Vice-Premier ministre en charge de l’intérieur.

« Est-ce que le ministre de l’Intérieur a le pouvoir de donner des ordres au Président de l’Assemblée provinciale, disant que tu ne vas plus travailler, tu ne vas plus poser des actes de gestion. Il s’est basé sur quoi ? A l’époque où j’étais Gouverneur, j’ai grondé Adolphe Lumanu (NDLR : ancien ministre de l’intérieur sous Kabila) et j’ai claqué la porte. Et qu’avait-il fait contre moi ?

Le ministre de l’intérieur n’a aucun pouvoir hiérarchique sur les Assemblées provinciales, aucun. Il ne peut pas convoquer le Président de l’Assemblée provinciale. Le Président de l’Assemblée provinciale a le droit de ne pas venir. A mon époque, j’avais boycotter une délégation du Sénat venue en mission de contrôle à Mbandaka, Est-ce qu’elle m’avait contrôlé ? Non, Parce que selon la constitution, le Sénat ne pouvait pas contrôler un Gouverneur de province », conseillait-t-il à Claude Buka.

Et à l’époque, ce dernier avait bien suivi le conseil de son mentor JC.Baende, parce que Claude Buka avait refusé d’obtempérer à l’ordre du ministre de l’intérieur de rester quelques temps à Kinshasa pour éviter que son retour à Mbandaka n’envenimme la crise politique au sein de l’Assemblée nationale de l’Equateur. C’est clandestinement et sous une fausse identité que Claude Buka à Kinshasa pour rejoindre Mbandaka. Et l’on connait la suite.

Les analystes espèrent que la présence à Kinshasa de tous les protagonistes à Kinshasa va permettre enfin de mettre fin à cette crise politique au sein de l’organe délibérant de l’Equateur. Le développement de cette province et le bien-être de la population ne peut se réaliser si les principales institutions passent leur temps à se tirailler plutôt qu’à trouver des solutions aux multiples problèmes dont fait face cette province, dotée d’énormes ressources naturelles mais dont la population vit dans une extrême pauvreté.