RDC : Hubert Kabasu Babu monte au créneau contre les pratiques antidémocratiques

RDC : Hubert Kabasu Babu monte au créneau contre les pratiques antidémocratiques

Dans sa dernière tribune et dont une copie est parvenue à votre journal en ligne, le libre penseur et Président du Think Tank « Agir New Congo, Hubert Kabasu Babu Katulondi, rappele au Président de la République, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, que l’alternance politique intervenue au sommet de l’État devait apporter une praxis politique alternative en totale dysjonction avec les pratiques des régimes ».

A contrario, il note la perpétuation de 4 pratiques de type stalinien, d’origine coloniale, des pratiques de régimes d’oppression qui sont pratiques absolument antidémocratiques et anti-Etat de droit :
– La première pratique, c’est l’ingérence de l’agence Nationale des Renseignements dans les problèmes politiques et politiciens. Le cas d’espèce, c’est celui de l’arrestation de Jacky Ndala, responsable de la jeunesse de Ensemble pour la République. « Si Jacky Ndala avait proféré des propos menaçants contre un acteur politique, ce dernier peut porter plainte et les instances judiciaires peuvent amorcer une action judiciaire contre Jacky Ndala. Mais que l’ANR soit venu comme pour l’enlever, saccager sa maison. Cela est indigne d’une dispensation de l’alternance géré par l’acteur politique dont le parti (UDPS) a souffert de ces pratiques rétrogrades ;

– La deuxième pratique décrié par l’ancien Gouverneur du Kasaï central, c’est celle consistant à bloquer les gouverneurs de province à Kinshasa, pendant des longs mois, sans raisons rationnelles. Et pourtant, précise-t-il, « le Ministre de l’Intérieur n’a aucune compétence légale ou constitutionnelle pour convoquer un gouverneur élu par une Assemblée provinciale, représentant le peuple.

On se croirait vraiment à l’époque mobutiste où les gouverneurs étaient des enfants de course du Président Mobutu, qui les faisaient venir à Kinshasa, comme il le voulait. »
– Troisième pratique irrégulière, c’est celle consistant à suspendre, à demettre de leurs fonctions, les mandataires de l’État qui sont en mission.
-Quatrieme pratique, c’est celle qui consiste à bloquer ou à sortir les hommes d’État ou les politiciens de l’avion: Lorsqu’un politicien ou un mandataire a déjà obtenu un ordre de mission, des frais de mission, a rempli les procédures d’immigration, et on vient l’extirper de l’avion comme un quidam pour l’humilier simplement.

Pour Hubert kabasu babu, ce genre de pratiques sont de nature à créer des animosités, des antogonismes qui risquent d’éroder toutes les chances, toutes les possibilités de la réélection du Président de la République en 2023.

JR.MOKOLO MOLOLO MBEKA