Assemblée nationale : L’honorable Lumeya Dhu Maleghi juge la proposition de loi Tshiani très discriminatoire

Assemblée nationale : L’honorable Lumeya Dhu Maleghi juge la proposition de loi Tshiani très discriminatoire

Frort de l’article 13 de la Constitution qui nous gouverne, l’honorable Lumeya Dhu Maleghi, en sa double casquette de juriste argumente que la loi Tshiani sur la congolité n’est pas de nature à donner la paix sociale puisque discriminatoire.

« On ne suspecte pas la loi plutot nous avons des éléments qui prouvent que cette loi vise directement un individu qui est Katumbi. Raison pour laquelle ces députés (Ensemble pour la République) se sont levés pour barrer la route à cette loi. Et nous (FCC) resterons ouverts à les accueillir pour faire bloc en rejettant cette proposition de loi », a laissé entendre Me Lumeya Dhu Maleghi.

Et de poursuivre que la loi de même nature sur l’ivoirité, taillée sur mesure pour éliminer aux urnes un candidat réputé redoutable avait versé toute la Côte d’Ivoire dans un bain de sang qui a entraîné la mise aux arrêts du Président Laurent Gbagbo et de son accolyte, Charles Blégoudé, d’où la RDC, pays post-conflit ne peut se permettre d’une loi aussi suicidaire qui risquerait de mettre en mal la cohésion sociale encore fragile, a-t-il argumenté.

Quant à la problematique de la nationalité restée en suspens à l’Assemblée Nationale depuis Kamerhe, le député Lumeya parle de l’atterisage brutale sur la scène politique de cette proposition de loi.

« Si par miracle la proposition est allignée là nous allons reviser la constitution en passant par le référendum. Hors à ce stade nous ne pouvons pas en même temps installer la CENI et la révision constitutionnelle. La République a plusieurs dossiers à traiter en ce moment et si nous ne sommes pas prudents ça va fragiliser la securité à l’Est du pays », a conclu l’élu de Kikwit.

Pour rappel, le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso N’kodia Pwanga avait, lors de son adresse du mardi 13 juillet dernier, rappelé aux députés nationaux que la loi sur la Congolité relève de la liberté d’expression garantie à tous les Congolais.

Wilfried Obrahane Yandu